Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle éco : en Dordogne, le boom du vélo provoque des "problèmes d'approvisionnement" pour les vendeurs

-
Par , France Bleu Périgord

Presque un an après la fin du premier confinement, le regain d'intérêt pour le vélo se vérifie en Dordogne, en ville comme à la campagne. Si les usages ne sont pas les mêmes, les vendeurs font face à des problèmes d'approvisionnement. Les nouvelles aides à l'achat devraient confirmer cette tendance.

Pour aller travailler en ville ou pour se promener à la campagne, l'essor du vélo se constate partout en Dordogne
Pour aller travailler en ville ou pour se promener à la campagne, l'essor du vélo se constate partout en Dordogne © Radio France - Thierry Colin

Ça a été l'un des faits les plus marquants du premier déconfinement : à Périgueux comme à Paris, la pratique du vélo a connu un véritable essor. Pour des raisons différentes, l'augmentation des ventes se vérifie également dans les zones rurales selon le gérant du magasin Spadzone de Brantôme, qui est aussi très lié à l'Atelier du vélo, une entreprise de Périgueux. "Le boom a été tellement important qu'on a des problèmes d'approvisionnement pour les vélos, électriques comme classiques", affirme Jean-Paul Cluzeau. "Pour aller travailler, ça se vérifie sur Périgueux. Quand vous n'avez que quelques kilomètres à faire et que c'est un peu aménagé, ça ne pose pas de problème, mais quand vous avez plus de dix ou quinze kilomètres à faire sur des routes qui sont à grande fréquentation, ce n'est pas forcément facile. À Brantôme, c'est pour aller faire des courses, pour se rendre chez des amis ou des choses comme ça, ou tout simplement se promener."

On incite les gens à faire du vélo parce que c'est un moment de liberté.

Selon Jean-Paul Cluzeau, deux facteurs ont contribué à ce regain d'intérêt : "Les aides ont incité les gens à acheter des vélos. Le Grand Périgueux fait quelque chose, il y a un chèque de 250 euros. Mais quand vous êtes en milieu plus rural, vous n'en avez. En revanche, un amendement vient d'être voté, pour couvrir des aides quand vous mettez une voiture à la casse. Nos meilleurs ambassadeurs, ce sont les clients eux-mêmes. Quand vous essayez un vélo électrique, à partir du moment où il est de bonne facture, 'C'est génial', c'est ce que les gens disent quand ils arrivent, les réactions sont toujours les mêmes."

Jean-Paul Cluzeau, gérant du magasin de vélos Spadzone à Brantôme

Choix de la station

À venir dansDanssecondess