Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle Eco en Dordogne : Luc Dessaint, moniteur guide pêche

-
Par , France Bleu Périgord

Dans la Nouvelle Eco, ce mardi matin, un passionné de pêche, devenu moniteur guide pêche après une carrière dans l'armée de terre. Luc Dessaint.

Luc Dessaint, moniteur guide de pêche invité de la Nouvelle Eco
Luc Dessaint, moniteur guide de pêche invité de la Nouvelle Eco © Radio France - Aurélie Lagain

Dans la Nouvelle Eco, ce mardi matin, un passionné de pêche, devenu moniteur guide pêche après une carrière dans l'armée de terre. Luc Dessaint.

J'y suis venu par passion. Beaucoup de moniteurs guides de pêche sont surtout des passionnés. Il y a des jeunes qui commencent à 18 ans. IL y a des gens comme moi qui ont commencé très tard à 50 ans. On est obligé de passer par une école de formation. l'activité de pêche est règlementée. Elle a été classée comme activité physique et sportive en 2003.

C'est une deuxième carrière pour vous ?

J'ai eu une carrière militaire d'une trentaine d'années. IL y a longtemps que je pratiquais la pêche. Ça fait 40 ans que je pêche à la mouche. C'est devenu plus qu'une passion, un temps complet en fait.

On apprend à pêcher ?

Ca s'apprend. On peut apprendre avec son grand-père ou sa famille, des amis. Souvent, les gens qui viennent me voir me disent, moi je ne sais plus pêcher. Je voyais mon grand-père pêcher. Je voudrais apprendre à mes enfants à pêcher au coups par exemple. J'éduque leur enfant à la pêche parce que c'est une éducation. Avec le respect des règles de sécurité au bord de l'eau, le respect de l'environnement, le respect des poissons aussi. Il y a pas mal de controverses en ce moment là-dessus. Certains extrémistes trouvent qu'on martyrise les poissons en les sortant hors de l'eau. Nous on les remet à l'eau, on les tue pas. On respecte au maximum leurs conditions de survie. On les sort très peu de l'eau, on utilise des hameçons sans ardillon pour pas les blesser et on peut les remettre plus vite à l'eau. 

Qui sont vos élèves ?

On a un public diversifié avec des petits dès 6/7 ans et jusqu'à 77 ans.  Pour les plus petits, la pêche au coups,. Exemple, je fais des animations pour le conseil départemental dans le cadre de l'été actif. Là, ce sont des familles qu'on reçoit. Des groupes de 2/3 personnes avec les enfants qui viennent pour apprendre à pêcher au coups.

Une saison particulière, difficile ?

Nous, nous sommes indépendant. Nous sommes particulièrement touchés, toutes les activités touristiques. A partir du début du confinement jusqu'à la fin du confinement, le 11 mais, on a plus eu de clients et ils sont devenus frileux. Moi, je travaille avec beaucoup de clients étrangers. Tous mes clients qui venaient d'Angleterre, des Etats Unis ou des pays européens, ne sont pas venus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess