Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco en Isère : les blanchisseries ne veulent pas être oubliées du plan de relance gouvernemental

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui, zoom sur les blanchisseries qui souffrent elles aussi de la crise sanitaire sans forcément bénéficier des aides gouvernementales.

Les blanchisseries souffrent de la crise sanitaire.
Les blanchisseries souffrent de la crise sanitaire. © Maxppp - Thierry Thorel

Sébastien Bordet, le gérant de la blanchisserie BMB à Seyssinet-Pariset, dans l'agglomération grenobloise, était l'invité de "la nouvelle éco" de France Bleu Isère ce vendredi à 7h15. 

France Bleu Isère : On fait tout d'abord un petit bond en avant dans le temps. Dans 10 jours, le 17 mai, une opération nationale portes ouvertes va s'organiser dans les blanchisseries. Le but est de vous faire connaître auprès des élus. Pourquoi cette opération ? Les élus ne savent-ils pas ce que fait un blanchisseur ?

Sébastien Bordet : Non, car nous travaillons dans l'ombre pour les hôtels et restaurants et les élus peuvent nous confondre avec les pressings ou les laveries automatiques mais nous sommes une véritable industrie qui fait travailler beaucoup de personnes, localement. Pour une fois, nous avons besoin d'être connus et reconnus et d'être dans la lumière. 

Est-ce aussi pour vous le moyen de rappeler que vous souffrez de la crise sanitaire, en particulier parce que vous travailler beaucoup avec les hôtels qui tournent au ralenti en ce moment ?

L'hôtellerie - restauration représente entre 80 et 85% de nos clients. Nous sommes donc très impactés par la crise sanitaire et nous avons espoir de redémarrer pleinement notre activité sur les mois de mai et juin.

Demandez-vous plus d'aides au gouvernement ?

Il faut qu'ils comprennent que nous sommes directement impactés et liés avec l'hôtellerie - restauration. On fait partie de leur maison mais en coulisse. Eux ont été reconnus comme étant en grande difficulté et ont pu être indemnisés en partie. Nous aimerions aussi faire partie de ces opérations-là. 

Comment vous-en sortez-vous financièrement depuis un an ?

Heureusement, on bénéficie du chômage partiel pour pouvoir payer nos employés, c'est le minimum. Le prêt garanti par l'Etat nous permet aussi d'acheter un peu de linge mais quand il va falloir redémarrer, on va pédaler dans la semoule avant de racheter des machines. En plus nous venons de nous agrandir, nous avons acheté des grosses machines avec des investissements très lourds et tout cela, il faut le payer. 

Envisagez-vous de travailler avec d'autres clients, diversifier votre activité ?

Ce serait possible mais ce serait très long. Nous sommes spécialisés dans l'hôtellerie - restauration depuis près de 200 ans. Nous pouvons nous diversifier sur les vêtements de travail, l'industrie textile, l'hygiène, les tapis anti-poussière, la santé aussi car nous travaillons avec quelques maisons de retraite. Nous avons d'ailleurs participé pendant le premier confinement à l'effort national car nous sommes restés ouverts, au moins pour ces maisons de retraite. 

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés durant cette crise sanitaire et économique. Chaque jour à 7h15 dans "La nouvelle éco", votre radio s'intéresse à une entreprise ou un secteur d'activité. Comment se porte-il ? Comment se projette-t-il dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess