Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : en Isère, les colonies de vacances et classes découvertes appellent à l'aide

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui, gros plan sur les organismes d'accueil des colonies de vacances et autres classes découvertes. À l’arrêt quasi total depuis un an, les professionnels du secteur écrivent à Emmanuel Macron.

Photo d'illustration d'une colonie de vacances
Photo d'illustration d'une colonie de vacances © Maxppp - Vincent Isore/IP3

Leurs centres sont désespérément déserts depuis près d'un an. Les professionnels de l'hébergement collectif sont à l'agonie en Isère comme ailleurs en France. Leurs responsables ont écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron. Damien Fossa, secrétaire d’Isère Drôme Destination Juniors était l'invité de "La nouvelle éco" de France Bleu Isère ce vendredi à 7h15.

Que demandez-vous dans votre lettre ouverte ?

Damien Fossa - D’abord, nous souhaitons des mesures d’urgence. Il faut, dans un premier temps, reconnaître la spécificité de nos infrastructures. Notre cycle économique fonctionne de manière différente par rapport au tourisme classique, puisque nos séjours sont prévus très longtemps à l’avance, très organisés en amont. Par exemple le travail des enseignants en amont dans le cadre de classes de découverte, de classes de neige. Ça veut dire que lorsqu’il y aura une reprise de l’activité, on aura, à nouveau, forcément un temps de latence plus conséquent. 

Et puis, à moyen terme, on demande au gouvernement de rendre les séjours obligatoires dans le cursus des élèves. Il n’est pas normal que les enfants de communes favorisées puissent partir régulièrement en classe de découverte, alors que d’autres ne le feront jamais au cours de leur scolarité. On souhaite que soit porté un discours volontariste auprès du corps enseignant, de manière à favoriser et encourager le départ en classe de découverte en 2021 et 2022.

Justement redoutez-vous une frilosité des enseignants une fois que ce sera possible de se relancer dans ce projet ?

De toute façon, je vous le disais, notre activité sera plus longue à redémarrer. Evidemment qu'il y a des réticences d'enseignants et peut-être aussi des familles. Il faut à tout prix qu’elle soit levée par nos autorités de tutelle. On doit avoir un discours volontariste montrer qu’on est capable de respecter les gestes barrières d’accueillir en toute sécurité des classes scolaires.

Si on prend l’exemple de cette année : quels sont vos chiffres ?

C’est juste catastrophique. L’année dernière entre janvier et février on était à 170 000 euros de chiffre d’affaire, et cette année on est à 5000 euros ! Quand on a dit ça, on a tout dit. Aujourd’hui 50 % des centres d’hébergement collectifs des centres de vacances en Isère et dans la Drôme sont directement menacés de fermeture de cette année. Il y a donc la situation économique avec des emplois à la clé mais aussi la question de ce qu’on fait les enfants.

Êtes-vous inquiets pour les enfants ?

Bien sûr, parce que tout le monde fait le constat de l’isolement des enfants, du manque d’échanges ces mômes, ils ont aussi besoin de retrouver des loisirs, de retrouver la nature, de se reconnecter ensemble, d’échanger à nouveau, dans un climat qui soit un peu moins anxiogène que celui qu’ils rencontrent depuis un an.

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés durant cette crise sanitaire et économique. Chaque jour à 7h15 dans "La nouvelle éco", votre radio s'intéresse à une entreprise ou un secteur d'activité. Comment se porte-il ? Comment se projette-t-il dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess