Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La nouvelle éco" : Fresnay-sur-Sarthe lance une plateforme de vente en ligne pour ses commerçants

-
Par , France Bleu Maine

Fresnay-sur-Clic, c'est le nom de cette "marketplace" numérique que va lancer d'ici le 10 décembre cette commune du Nord Sarthe de 2.000 habitants. Un projet à long terme pour offrir aux commerçants une vitrine supplémentaire

Fresnay-sur-Sarthe, petite cité de caractère aux portes des Alpes Mancelles
Fresnay-sur-Sarthe, petite cité de caractère aux portes des Alpes Mancelles © Radio France - Bruno Vandestick

La maire de la commune avait déjà lancé l'idée lors du premier confinement, afin de soutenir l'activité des boutiques. Mais certains commerçants s'étaient montrés réticents. À l'occasion de ce deuxième confinement, Fabienne Labrette-Ménager a insisté et finalement imposé l'idée d'une marketplace communale : un site internet sur lequel on pourra commander et payer ses achats chez les 25 commerçants impliqués, mais aussi prendre rendez-vous chez le coiffeur, réserver une table au restaurant ou sa place pour le prochain spectacle de la saison culturelle. Mise en ligne prévue d'ici le 10 décembre.

Les commerçants s'engagent à faire vivre la plateforme

"Au départ, certains avaient peur de ne pas avoir le temps de s'en occuper, d'autres de ne pas être assez aguerris à l'outil numérique, raconte Fabienne Labrette-Ménager. On a deux ou trois générations de commerçants donc ce n'est pas forcément évident. Mais moi je ne voulais y aller que si j'avais une majorité de commerçants." Et même si la plateforme sera lancée alors que les magasins vont rouvrir, la commune voit cette plateforme comme un projet pérenne, qui restera un plus et un atout pour l'avenir selon l'élue : "Avec ça, ceux qui partent bientôt à la retraite auront beaucoup moins de mal à vendre leur fonds de commerce, c'est sûr."

La commune prend en charge la construction du site, sa maintenance et son hébergement. Une facture qui s'élève à environ 5.000 euros. Les commerçants eux, n'ont rien à payer, pas même de commission sur les ventes réalisées par ce biais. Mais ils s'engagent à faire vivre la plateforme en proposant régulièrement "de nouveaux produits ou de nouveaux services, qu'on voit que ça bouge et que ce ne soit pas périmé", insiste Fabienne Labrette-Ménager. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess