Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : gérer des locations saisonnières avec la plateforme montpelliéraine Icare Home

-
Par , France Bleu Hérault

L'entreprise Icare Home, basée à Montpellier, a lancé son application le 18 mai 2021. Cette dernière est destinée aux propriétaires qui veulent louer leur logement et aux particuliers qui veulent s'occuper de cette tâche. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

Icare Home recrute dans toute la France
Icare Home recrute dans toute la France - Icare Home

La plateforme montpelliéraine Icare Home met en relation et accompagne propriétaires et particuliers, dont la mission va être de gérer la location saisonnière de leur logement. Après une phase test, dans la région Occitanie, pendant trois mois, elle s'est lancée dans toute la France le 18 mai 2021.

"L'idée c'est de faciliter la vie des propriétaires et de permettre aux particuliers d'avoir un complément de revenu, explique Jean-Baptiste Dhuiege, fondateur d'Icare Home. Ils vont alors s'occuper des entrées et des sorties, du ménage, du linge... De tout ce que le propriétaire ne veut ou ne peut pas faire parce que, par exemple, il n'est pas sur place."

Seuls les autoentrepreneurs peuvent travailler pour Icare Home. Pour ceux qui ne le sont pas encore, l'entreprise propose de les accompagner. "Avec la crise sanitaire, nombreux sont ceux qui ont perdu leur emploi, de façon temporaire ou définitive, indique l'entrepreneur de 46 ans. Et je crois qu'il y a une vraie nécessité de retrouver des petits boulots."

Avec la crise sanitaire, il y a une vraie nécessité de retrouver des petits boulots. Mais quand j'utilise ce terme, je ne parle pas de boulots payés au lance-pierre avec des conditions de travail difficiles -  Jean-Baptiste Dhuiege, fondateur d'Icare Home

L'emploi du temps des particuliers est flexible et à la carte. "Comme pour les livreurs UberEats, ils peuvent accepter ou refuser une mission, poursuit Jean-Baptiste Dhuiege. En revanche, à UberEats, ils sont payés 3 euros la course. Chez nous, en 1h30, les prestataires gagnent entre 22 et 24 euros." Icare Home sélectionne les profils des autoentrepreneurs et s'appuie ensuite sur un système de notation.

L'idée d'Icare Home est née en 2018. "On a commencé, avec ma femme, à faire de la location saisonnière en tant que propriétaires, raconte Jean-Baptiste Dhuiege. Et on s'est vite rendu compte que ça prenait l'équivalent d'un plein temps. Il y a évidemment des conciergeries. Mais ce n'est pas facile d'en trouver, et c'est encore plus difficile d'en trouver une fiable. Moi, je n'en ai pas trouvé." Pendant le premier confinement, son entreprise spécialisée dans le bâtiment et la rénovation a fermé. C'est là qu'il a trouvé le temps de développer Icare Home.

Icare Home tourne avec une équipe d'une petite dizaine de personnes. 80 autoentrepreneurs travaillent pour eux. Pour être parfaitement autonomes, l'entreprise en aurait besoin de 1.000.

Interview avec Jean-Baptiste Dhuiege, fondateur de l'entreprise Icare Home

Choix de la station

À venir dansDanssecondess