Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : haut de gamme, conseil et glamour au nouveau loveshop de Perrigny, près d'Auxerre

-
Par , France Bleu Auxerre

Ce jeudi c'est la journée mondiale des câlins ! A Perrigny, près d'Auxerre un magasin est entièrement dédié à la question, il s'agit d'un loveshop qui a ouvert ses portes à la fin du mois de novembre. Sa patronne, Raphaëlle Borges était notre invité dans la Nouvelle éco.

Raphaëlle Borges a ouvert son loveshop le 28 novembre dernier à Perrigny (près d'Auxerre)
Raphaëlle Borges a ouvert son loveshop le 28 novembre dernier à Perrigny (près d'Auxerre) - Raphaëlle Borges

Ce jeudi c'est la journée mondiale des câlins ! Selon un sondage ifop réalisé pour passagedudesir.fr, pendant l'année 2020 . 75% des Français disent avoir eu plus envie de faire des câlins à leur conjoint ou partenaire sexuel. Un homme sur deux dit avoir utilisé des sextoys seul tandis que 45%, presque la moitié, des Femmes interrogées disent avoir pratiqué l'acte sexuel plus qu'à l'accoutumée. A Perrigny, près d'Auxerre un nouveau lieu à ouvert à la fin du mois, un magasin entièrement dédié à la question puisqu'il s'agit d'un loveshop.  Sa patronne, Raphaëlle Borges était notre invité ce jeudi dans la Nouvelle éco. 

Tout d'abord, qu'est ce qu'un "love shop"  ? En quoi est-ce différent d'un sexshop traditionnel ?

C'est complètement différent. Si vous voulez, on est vraiment sur une boutique ouverte sur l'extérieur, on arrête le côté très sombre d'un sexshop et on est vraiment sur une image de haut de gamme, de conseil et de glamour. C'est en tous cas l'image que j'ai voulu véhiculer.
Le sexshop c'était vraiment orienté pour les hommes alors que maintenant le loveshop est plutôt orienté femme. Alors, ce n'est pas que l'on est orienté femme, on s'adresse aux hommes et aux femmes mais on est un peu plus féminisé. 

Vous organisez aussi des ateliers pour apprendre à se connaître, à (re)découvrir notre sexualité...

J'ai remarqué qu'en fait on n'avait pas d'éducation sexuelle que ce soit chez les adolescents et jusqu'à très tard. Beaucoup de personnes s'orientaient vers internet. J'ai voulu redonner un petit peu plus d'humanisation à certaines pratiques. Le but c'est de pouvoir échanger que l'on soit en couple ou seul. 

Vous avez débuté votre activité le 28 novembre dernier, le pari était risqué d'ouvrir dans cette période d'incertitude est ce que le pari est gagné ? Est-ce que les clients sont au rendez-vous malgré le couvre-feu ? 

J'ai fait un très très bon mois de décembre pour une ouverture de boutique. Le couvre-feu à 20 heures ne m'avait pas beaucoup impactée car j'avais ouvert dans ces horaires, dans ces conditions là. Par contre, le couvre-feu à 18 heures a beaucoup plus impacté, c'est à dire que mon flux de clientèle a commencé à venir un petit peu plus tôt mais je ne véhicule pas la même quantité de personnes qu'avant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess