Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle Eco : l'aéronautique obligé de se diversifier pour ne pas sombrer

-
Par , France Bleu Picardie

L'aéronautique est l'un des secteurs industriels les plus touchés depuis le début de la crise du coronavirus. Alors que les perspectives de reprises sont lointaines et que les emplois sont détruits à grande échelle, les entreprises tentent de se diversifier. C'est le cas à Méaulte, dans la Somme.

A Méaulte, au cœur de la zone de l'aéroport et des entreprises du secteur aéronautique
A Méaulte, au cœur de la zone de l'aéroport et des entreprises du secteur aéronautique © Radio France - François Sauvestre

Se diversifier pour ne pas couler. C'est un peu la devise de l'aéronautique, l'un des secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus. Alors au milieu des négociations et des plans sociaux, les entreprises cherchent aussi à développer d'autres activités, dans le ferroviaire, l'aéronavale ou encore l'éolien. C'est le cas dans le bassin d'Albert Méaulte, dans la Somme ou jusqu'à un tiers des 3 000 emplois pourraient disparaître chez Stelia, filiale d'Airbus et chez ses sous traitants.

Dans ce contexte aussi difficile qu'inédit, le cluster Altytude, qui regroupe soixante entreprises du secteur implantées dans l'est du département tente d'impulser cette diversification. Plusieurs réunions ont déjà eu lieu et une commission dédiée à la recherche de nouvelles activités a également été mise en place. 

"La diversification, comme son nom l'indique c'est avoir plusieurs cordes à son arc", précise Arnaud Soulet, vice président d'Altytude et directeur commercial de Laroche Industrie. "Aujourd'hui il nous faut chercher de nouveaux domaines où nos compétences peuvent s'appliquer. Donc il faut aller chercher des domaines à valeur ajoutée qui ressemblent au notre pour être aussi lisibles vis à vis des nouveaux clients."

Arnaud Soulet : la difficulté de diversifier son activité

Et le dirigeant samarien de citer en particulier le ferroviaire mais aussi l'automobile, l'industrie navale civile ou militaire ou encore les énergies renouvelables. Mais Arnaud Soulet sait aussi qu'en terme de volume d'activité, cette diversification ne peut pas compenser les pertes dans l'aéronautique. "On aura pas d'activité commerciale qui va tout d'un coup apparaître. On était sur une croissance assez forte et là, on connaît une crise que personne n'aurait pu imaginer, ni dans sa violence ni dans son ampleur et on descend très très bas. Donc on va aller chercher de la diversification mais on arrivera pas au même niveau, c'est une certitude."

Arnaud Soulet : "bien se diversifier c'est bien cibler les nouveaux clients"

Une situation qui fait réfléchir les dirigeants d'entreprise également à plus long terme. Pour Arnaud Soulet, "c'est là que la crise est peut-être une opportunité, c'est que, en nous diversifiant, on va peut-être gagner quelques part de marché dans d'autres domaines qui, le jour où l'aéronautique va redémarrer, car cela redémarrera, tout cela nous permettra de retrouver nos niveaux d'activités avec aussi un mix plus diversifié et moins risqué."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess