Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : l'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne mise sur l'aviation d'affaires

-
Par , France Bleu Limousin

Presque un an après s'être retrouvés cloués au sol, les avions ont du mal à redécoller. La crise du coronavirus pèse sérieusement sur l'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne qui mise notamment sur l'aviation d'affaires pour se relancer.

Selon Julien Bounie le président de l'aéroport de Brive, l'aviation privée "peut être un renouveau du transport aérien."
Selon Julien Bounie le président de l'aéroport de Brive, l'aviation privée "peut être un renouveau du transport aérien." © Maxppp - Marc Salvet

Dix-huit rotations par semaine contre 32 en temps normal, sur les pistes de l'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne, le ballet des avions est loin d'avoir repris sa fréquence habituelle et l'aviation ne retrouvera pas sa pleine santé avant plusieurs années. "On voit bien que la reprise du trafic aérien est compliquée, elle sera certainement améliorée en 2021 mais il faut se tourner vers une diversification" explique Julien Bounie, le président de l'aéroport briviste. Pour se relever "l'aviation privée peut être une solution."

La demande s'accentue selon lui. "Parfois des entreprises privilégient ce mode de transport pour des questions de rapidité, avec un coût qui n'est pas exorbitant." Pour autant, cette stratégie ne peut pas compenser la baisse de fréquences des vols commerciaux. "Il faut raison garder. L'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne ne fera pas 50.000 passagers d'aviation d'affaires."

13 salariés sur 22 toujours au chômage partiel

Malgré cette situation difficile, Julien Bounie relativise. L'aéroport "a eu le mérite de conserver sa ligne Brive-Paris. 26.000 passagers cette année pour 98.000 en 2019." Il explique que pour d'autres aéroports tournés exclusivement vers l'Angleterre, la dégringolade est bien plus rude. 

13 salariés sur 22 sont cependant toujours au chômage partiel du fait de la baisse d'activité. Le président de l'aéroport en est convaincu, il saura se relever de cette crise car "l'aéroport de Brive a sa pertinence économique. De nombreuses entreprises en ont besoin, l'aménagement du territoire est essentiel et les collectivités partenaires de l'aéroport ont bien conscience de l'importance de maintenir cette infrastructure."

Julien Bounie, le président de l'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess