Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle Eco : l'AMAP de Brive pénalisée par le couvre-feu pour la livraison de paniers de produits locaux

-
Par , France Bleu Limousin

Les AMAP, Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, demandent une dérogation au gouvernement pour continuer de livrer leurs paniers de produits locaux après 18h. Les AMAPiens au pays de Brive jugent le couvre-feu très pénalisant, au risque de décourager consommateurs et agriculteurs.

Elisabeth Carbone, administratrice d'AMAPiens au Pays de Brive, redoute un découragement des consommateurs et paysans à cause du couvre-feu, qui complique la livraison des paniers de produits locaux.
Elisabeth Carbone, administratrice d'AMAPiens au Pays de Brive, redoute un découragement des consommateurs et paysans à cause du couvre-feu, qui complique la livraison des paniers de produits locaux. - © AMAP au Pays de Brive

Chaque jeudi soir entre 18h30 et 19h30, c'est normalement un rituel pour la soixantaine de consommateurs abonnés à l'AMAP du pays de Brive : ils viennent récupérer un panier de produits frais, fournis par une vingtaine d'agriculteurs du secteur. Mais depuis l'élargissement du couvre-feu à 18h, la récupération des commandes est bien plus compliquée et certains risquent de se décourager selon Elisabeth Carbone, l'administratrice d’AMAPiens au pays de Brive, qui est aussi secrétaire générale du Mouvement interrégional des AMAP en France.

Une demande de dérogation restée sans réponse

A Brive, l'AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) a réussi à avancer l'horaire de livraison, après avoir négocié avec la mairie pour utiliser le local plus tôt. Il a aussi fallu s'assurer que les paysans et les consommateurs seraient aussi au rendez-vous. "Ça complique vraiment les choses, donc on demande au gouvernement une dérogation pour les livraisons en circuits-courts, après 18h" explique Elisabeth Carbone. 

A ce jour aucune réponse n'est venue. Dommage, car la crise sanitaire a redonné le goût et l’envie de manger des produits locaux à un certain nombre de consommateurs. "Avec le premier confinement, on a vu une augmentation importante des créations d'AMAP au niveau national et le nombre d'AMAPiens a vraiment beaucoup augmenté" insiste la corrézienne qui a également un regard sur ce qui se passe dans tout le pays. Elle souligne que, dans le secteur de Brive notamment, les agriculteurs ont vraiment de quoi nourrir encore plus de monde.

Il y a un effet de découragement, du côté des consommateurs comme des agriculteurs.

Elisabeth Carbone redoute que ce couvre-feu finisse par dissuader certains consommateurs, car habituellement la plupart vont récupérer leur panier après le travail. Selon elle, le découragement menace aussi les agriculteurs, car ils préfèrent travailler dans leurs champs quand il fait jour et livrer leur production en soirée. 

"C'est vraiment contradictoire avec le plan de relance du gouvernement, qui met en avant justement la relocalisation et le consommer local" ajoute l'administratrice d'AMAPiens au pays de Brive. Elle estime même qu'un reconfinement serait paradoxalement plus simple à gérer pour les AMAP car, dans ce cas de figure, ces associations peuvent livrer à leurs horaires habituels, grâce à la dérogation accordée pour faire ses courses alimentaires.

#MaSolution

En matière d'économie locale et circuit court, vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess