Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : l'AOC des crémants de Bourgogne mise sur le retour des terrasses

-
Par , France Bleu Bourgogne

En un an de crise sanitaire, l'AOC des crémants de Bourgogne a vu ses ventes reculer de 10%, mais elle mise sur 2021 pour retrouver tous ses clients. Le marché progresse notamment à l'étranger.

L'exportation du Crémant de Bourgogne a fortement augmenté ces deux dernières années
L'exportation du Crémant de Bourgogne a fortement augmenté ces deux dernières années © Radio France - Radio France

Dans une semaine tout pile, on va pouvoir retrouver les terrasses de nos bistrots. Et même si le nombre de places sera limitée, cela reste une bonne nouvelle pour nos producteurs de crémant. En un an, avec les confinements et les couvre-feu, l'AOC de Crémant de Bourgogne a perdu 10 % de son chiffre d'affaires car le vin mousseux se déguste surtout lors des repas de famille, des grandes assemblées, et sur nos terrasses de bistrots durant la belle saison. En Bourgogne, 1600 à 1700 viticulteurs apportent une partie de leur raisins aux caves qui élaborent du crémant. On compte 37 "élaborateurs" en Côte-d'Or et les vignerons sont de plus en plus nombreux à leur apporter du raisin. Pierre du Couëdic est le directeur de l'AOC des crémants de Bourgogne.

La crise sanitaire vous a t-elle fait perdre des clients ou des marchés ?

Pierre du Couëdic - Non, je ne pense pas, même si la situation a été assez dure pour les vins effervescents, car nous sommes un produit festif, et le confinement nous a en effet perdre 10% de notre chiffre d'affaires

Peut-on rattraper facilement cette perte ?

Oui, on reste facilement optimiste, avec une reprise en douceur sur le marché national. Et puis de façon plus vive à l'export. On a un marché européen très dynamique notamment avec la Grande Bretagne . Et non ce n'est pas du au Brexit, on pensait que les gens étaient en train de faire des stocks, mais en fait il y a un vrai engouement pour les vins effervescents, notamment le crémant de Bourgogne. Et puis les pays scandinaves sont aussi très demandeurs.

Vous misez vraiment sur la  réouverture des terrasses ?

Oui, l'été est un de nos pics de consommation , car le crémant n’est pas réservé aux fête de fin d'année. On l’apprécie aussi lors des apéros de la belle saison. 20% de nos crémants sont des vins rosés qui se vendent très bien durant l'été."

On a tous à l'esprit le méchant coup de gel du mois dernier. Aura-t-on du crémant cette année ?

Oui, car il faut deux ans pour produire une bouteille de crémant. Les vendanges de 2021 seront donc dégustées en 2023 et entre temps il y aura de nouvelles récoltes. Et puis  nous avons des stocks qui permettent de lisser la mauvaise année. On a un mécanisme de réserve, on va pouvoir libérer du volume, et ne pas rester à sec.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess