Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : l'engouement pour le jardinage continue

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Pendant le confinement, les Bretons ont passé plus de temps à gratter la terre. Ils y nt finalement pris goût, une bonne nouvelle pour les fleuristes et pépiniéristes de la région, qui profitent de cet engouement.

Les pépiniéristes continuent à vendre cet automne.
Les pépiniéristes continuent à vendre cet automne. © Radio France - Sarah Calamand

L'engouement pour le jardinage, apparu avec le confinement, continue... Et c'est une très bonne nouvelle pour les fleuristes et pépiniéristes de la région, qui retrouvaient leurs clients dimanche 11 octobre au Marché de la fleur d'automne de Quimper. 

Le premier achat de Michèle sur le marché : des bruyères. "Comme l'anniversaire de ma fille arrive, je vais lui en offrir, promet-elle. Et un à mon fils aussi. Le jardinage, ça détend, on ne pense à rien d'autre. Je préfère jardiner plutôt qu'aller chez le psy !"

Des clients fidèles

Des clients comme elle qui ont découvert le jardinage, Alain Brossolo, de la pépinière Des fruits des fleurs, à Le Saint (Morbihan), en a beaucoup. Il a bien vendu pendant le confinement, et sait qu'une partie de ses nouveaux clients lui reste fidèle : "Entre 10 et 20 %, se réjouit le pépiniériste. C'est ce qu'on constate pour l'instant, on verra comment ça évolue..."

Ces nouveaux jardiniers s'intéressent cet automne à ses plantes vivaces. "Ce sont des légumes qu'on n'est pas obligé de semer tous les ans, comme l'oignon rocambole, la cive, l’échalote perpétuelle..., détaille Alain Brossolo. Ce sont des plantes qui continuent à donner pendant un certain nombre d'années, suivant les espèces. En fonction des pots, c'est entre quatre et huit euros." 

Besoin de conseils

Les clients de François Kerveillant cherchent eux à ne pas trop se fatiguer. "Avec plutôt des petits arbres, des arbustes, car les jardins rétrécissent. Des choses qui demandent une taille tous les cinq ans, plutôt que tous les ans.", constate le pépiniériste de Combrit.

Sur le marché, les badauds et les jardiniers novices s'arrêtent devant le stand de Marie-Françoise, bénévole à l'association consommation logement cadre de vie (CLCV). "Je vois bien que _les gens sont attirés par notre affiche "Compostage"_. Certains nous disent qu'ils ont des difficultés, ou nous demandent ce qu'on peut mettre ou pas dans le compost. On en met pas des chiffons", rit cette retraitée. "Mais plutôt tous les déchets de la cuisine. Et du carton, car ça favorise la combustion et la fabrication du compost."

Un jardin, oui... Mais décoré

Les décorations de jardin rencontrent aussi un franc succès.
Les décorations de jardin rencontrent aussi un franc succès. © Radio France - Sarah Calamand

Cet engouement continue à faire aussi le bonheur des accessoiristes. Nelly fabrique des décorations de jardins avec des palettes, comme des barrières, des portes-pots ou des étiquettes de plantes. "C'est une demande, et le fait que ce soit du recyclage, ça parle au gens. Financièrement, j'ai peu d"investissement, donc je garde des prix intéressants." 

Il y a beaucoup de gens qui me disent : "je n'allais jamais dans mon jardin, mais là, ça m'a donné l'occasion."

Le jardinage reste donc au programme cet automne, voire plus-tard, puisqu'il est aussi temps de préparer les plantations du printemps.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess