Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : l'Industreet, une formation pour lancer les "décrocheurs" dans l'industrie de demain

-
Par , France Bleu Paris

C'est le pari de l'Industreet, un projet basé à Stains (Seine-Saint-Denis), et financé par la fondation Total : amener, chaque année, 400 jeunes de 18 à 25 ans en "décrochage" à se former à des métiers de l'industrie. La formation, gratuite, veut répondre au problème du chômage des jeunes.

Les bâtiments d'Industreet, à Stains en Seine-Saint-Denis
Les bâtiments d'Industreet, à Stains en Seine-Saint-Denis - Total

C'est devenu un mantra cher à Emmanuel Macron, venu lui-même ce lundi visiter les locaux : "un jeune, une solution". Et c'est dans cette veine que le projet de l'Industreet, installé à Stains (Seine-Saint-Denis) depuis novembre 2020, grandit. 

La formation, financée par la fondation Total, ambitionne de former chaque année 400 jeunes de 18 à 25 ans en situation de décrochage scolaire, sans pré-requis de qualifications, à des métiers industriels.

200 000 emplois industriels vacants en France

200 000 postes attendent d'être pourvus dans le secteur de l'industrie. "Partant de ce constat, en sachant que le taux de chôamge avoisine les 20% chez les jeunes, le pari est simple : leur proposer une formation pour les amener, en 12 à 18 mois, à un métier concret", résume à France Bleu Paris Olivier Riboud, directeur de l'Industreet. "La finalité, ce n'est pas de leur donner un diplôme mais de les former, très concrètement, à un métier", ajoute-t-il. 

Dans le projet Industreet, pas de rentrée, pas d'attente : chaque jeune postulant peut commencer sa formation quand il le souhaite. Il ou elle la terminera en 12 à 18 mois, "en fonction de sa capacité à apprendre, de ses connaissances préalables, de son avancée. C'est vraiment individualisé", estime Olivier Riboud. "Si vous dites à un décrocheur que son profil vous intéresse, mais lui demandez d'attendre le mois de septembre pour commencer, il y a de fortes chances qu'il ne soit plus là quelques mois plus tard".

Pour l'heure, 62 jeunes ont commencé une formation. Une trentaine arrive dans les prochaines semaines. A terme, Industreet ambitionne d'offrir cette formation à 400 jeunes chaque année. Avec à la clé, un apprentissage technique, théorique, et immersif en entreprise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess