Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : la confédération des PME Hauts-de-France craint le "coup de grâce" d'un reconfinement

-
Par , France Bleu Picardie

Un troisième confinement serait catastrophique pour les Hauts-de-France et notamment pour la Picardie, prévient la CPME, la confédération des petites et moyennes entreprises. Près d'un patron sur deux pense que son entreprise n'y survivra pas.

Selon une enquête de la CPME, 49% des dirigeants de petites et moyennes entreprises pensent qu'ils ne sont pas prêts à supporter un troisième confinement.
Selon une enquête de la CPME, 49% des dirigeants de petites et moyennes entreprises pensent qu'ils ne sont pas prêts à supporter un troisième confinement. - CPME

lLe résultat de l'enquête en dit long sur le moral et la santé financière des petites et moyennes entreprises : 49% des dirigeants estiment que leur entreprise n’est pas prête à supporter un troisième confinement. Pour près d'un patron sur deux de PME, c'est donc bien la survie de leur affaire qui se joue dans les jours qui viennent. C'est le constat dressé par la CPME Hauts-de-France, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises qui a lancé ce sondage. Sa mission est de représenter et de défendre l'ensemble des petites et moyennes entreprises, tous secteurs confondus (industrie, commerce, services, artisanat). 

La nouvelle éco : la confédération des PME Hauts-de-France craint le coup de grâce d'un reconfinement

C'est pourtant la période des soldes, le moment de combler les pertes subies en 2020 avec la fermeture des magasins. Mais un reconfinement avec clôture des commerces "non essentiels" serait vécu pour beaucoup de commerçant comme "le coup de grâce". "Pas loin de la moitié de nos dirigeants de PME savent déjà qu'ils vont avoir des difficultés à rembourser le PGE (prêt garanti par l'Etat, Ndlr) se soucie Emmanuel Cohardy, le président de la CPME Hauts-de-France. Et encore, on a encore quelques chefs d'entreprise qui refusent de se poser la question. Un troisème confinement ce serait pour certains la goutte d'eau qui fait qu'on baisse les bras et qu'on arrête."

"Tout remettre sur la table"

Selon Emmanuel Cohardy, il faut repenser tous les dispositifs mis en place : "l'activité partielle, le report de charge, le fonds de solidarité... certains dispositifs ont vécu, je crois qu'il faut tout remettre sur la table et il faut en créer d'autres qui correspondent à d'autres menaces qui arrivent aujourd'hui. Il faut à la fois des aides financières et des aides psychologiques car il va y avoir une déferlante de défaillances d'entreprises et un vague de dépression chez les chefs d'entreprise". 

"La commande publique ne suit pas"

Autre problème, "la commande publique ne suit pas, estime Stéphane Coffin, président de la CPME de l'Oise. Il suffit de regarder les pages des annonces légales, il n'y a presque plus de marchés publics pour des travaux". Cela permettrait pourtant selon lui de maintenir l'activité et de limiter la crise dans certains secteurs comme l'artisanat ou le bâtiment.

La CPME réclame une meilleure anticipation de troisième confinement, s'il doit avoir lieu. Elle réclame aussi que les dispositifs de soutien des entreprises soit renforcés. Selon la confédération, près de 100 000 entreprises en France ne seraient déjà plus en mesure de rembourser le prêt garanti par l’Etat (PGE).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess