Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : la difficile entrée des salariées femmes dans le secteur du numérique

-
Par , France Bleu Occitanie

À l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, l'entreprise toulousaine du numérique « Axonaut » explique comment elle tente de recruter des salariées femmes, peu présentes dans ce secteur très masculin.

 Seulement 27,4% de femmes dans les effectifs des entreprises du numérique
Seulement 27,4% de femmes dans les effectifs des entreprises du numérique © Maxppp - Bruno Levesque

La question de la place des femmes dans le secteur pourtant en pointe du numérique est une réalité. Le milieu reste très masculin, voir "macho", en raison du profil scientifique et des aprioris qui laissent peu de place aux femmes. La PME toulousaine « Axonaut » tente de renverser les codes pour faire entrer les femmes dans ce bastion masculin. Selon les derniers chiffres communiqués par « Talents du Numérique », la part des femmes dans les entreprise du numérique reste faible. On dénombre seulement 27,4% de femmes dans les effectifs des entreprises du numérique contre 46,8% tous secteurs d’activité confondus.

Un milieu vu comme masculin

“Les mœurs évoluent mais encore trop lentement”, déplorent Nicolas Michel et Nicolas Ricard, les deux fondateurs de Axonaut, la startup éditrice d’un logiciel de gestion à destination des TPE et PME. « Le numérique, c’est un club fermé avec certains aprioris sur les femmes qui ne pourraient pas s’intégrer aussi facilement à l’équipe que les hommes. Dès la formation, les femmes sont moins nombreuses. Le métier est traditionnellement rattaché au milieu scientifique et technique qui est vu comme masculin, même s’il n’y a pas de raisons profondes » constate Nicolas Michel.

Lever les barrières du recrutement

Chez Axonaut, les femmes représentent 40% des effectifs, l’entreprise a simplement fait tomber des barrières notamment dans le recrutement. “Le constat est là. En recrutant simplement les profils qui nous intéressent le plus, les effectifs s’équilibrent d’eux-mêmes ! Même si on regrette de ne recevoir qu’encore très peu de candidatures féminines sur les postes jugés plus tech” reconnaît Nicolas Michel.

Bien qu’au sein de la startup, aucun des postes techniques ne soit encore occupé par une femme, les deux fondateurs restent optimistes : “Nous prévoyons une dizaine d’embauches courant 2021, dont certaines à des postes de développement. Cela pourrait donc être l’occasion d’accueillir de nouveaux profils féminins sur des missions plus “techniques.” 

Ecoutez Nicolas Michel – co fondateur d' Axonaut

Choix de la station

À venir dansDanssecondess