Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Eco: la hausse des prix du bois d'oeuvre inquiète les professionnels franc-comtois

-
Par , France Bleu Besançon

Le prix du bois d’œuvre ne cesse de grimper ces derniers mois : + 25 à 30% par exemple en quelques mois pour le lamellé-collé utilisé dans bâtiment, forte hausse aussi des panneaux de bois. La demande est forte et les constructeurs ont de plus en plus de mal à s’approvisionner.

Une usine de fabrication de structures en lamellé-collé (photo d'illustration)
Une usine de fabrication de structures en lamellé-collé (photo d'illustration) © Maxppp - Nicolas Barreau

La filière bois de Franche Comté est confrontée à une hausse des prix du bois d’œuvre et il est difficile de dire quand ce phénomène va s’arrêter. Le prix du lamellé-collé utilisé dans le bâtiment a par exemple augmenté de 25 à 30% en quelques mois. Cela tombe mal, car il y a une forte demande dans le secteur du bâtiment, et les constructeurs ont de plus en plus de mal à s’approvisionner. 

Les américains assèchent le marché et font monter les prix

Plusieurs raisons à cela, à commencer par la demande américaine: les Etats-Unis, historiquement, s'approvisionnent en bois au Canada, mais les fortes taxes mises en place par Donald Trump sont toujours en vigueur. "Du coup, les Etats-Unis se sont repliés sur le marché européen pour leurs approvisionnements, vers les gros exportateurs que sont l'Allemagne, l'Autriche" explique Christian Dubois délégué général de Fibois, la filière forêt-bois de Bourgogne-Franche-Comté, "c'est tout du bois qui part aux Etats-Unis, donc quelque part, qui manque sur le marché européen". Et quand la demande est plus forte que l'offre, les prix montent.

Le coronavirus est également passé par là :  lors du premier confinement beaucoup d'usines étaient à l’arrêt.  Conséquence : du retard dans les livraisons, alors que la construction bois a le vent en poupe en France. "Le niveau d'activité est assez soutenu dans la filière, et la demande plutôt élevée" analyse Christian Dubois, "cela fait un moment que l'on manque de matière première sur le marché européen". 

Les entreprises de construction bois en première ligne

Les victimes de cette crise sont plutôt pour l'instant les entreprises de construction de la filière bois, qui utilisent les produits semi-finis ou semi-finis, des panneaux en aggloméré, du bois contrecollé ou lamellé-collé. Elles craignent de ne plus trouver suffisamment de matière première. "Les constructeurs, les agenceurs, qui utilisent ces types de produits sont inquiets parce qu'ils n’ont plus de visibilité sur les délais d'approvisionnement" explique le délégué général de Fibois, "aujourd'hui, leurs fournisseurs annoncent trois à quatre mois de délai pour des livraisons". Et puis elles ont signé des marchés de construction à un certain prix, le problème c’est qu’entretemps le prix du bois a considérablement grimpé, ce qui les mets en difficulté et menace leur marge.

Les entreprises de construction bois craignent le contrecoup de cette crise.
Les entreprises de construction bois craignent le contrecoup de cette crise. © Maxppp - Vincent Isore

La crise des scolytes vient fausser la donne

Les producteurs de bois franc-comtois ne profitent pas vraiment de cette forte demande. Ils sont confrontés à la crise des scolytes, obligés d’abattre les arbres malades qui arrivent en quantité sur le marché, mais ces bois scolytés ne peuvent pas vraiment être utilisés dans le bâtiment. "Les propriétaires, privés ou publics, et les communes forestières ont travaillé avec les scieurs pour essayer de se mettre d'accord pour évacuer ces bois scolytés en premier. On continue de mettre des bois verts sur le marché, mais de manière moins importante. Donc, pour les scieries, c'est compliqué parce que en face _il y a une grosse demande et ils ne peuvent pas fournir_", conclut Christian Dubois, "ce n'est dans l'intérêt de personne que d'un côté, les cours s'envolent pour les constructeurs, et de l'autre coté, les cours s'effondrent pour les propriétaires, c'est un équilibre complexe à trouver."

Retrouvez la chronique La nouvelle éco à 7h15 tous les jours sur France Bleu Besançon

France Bleu Besançon est à vos côtés pour vous accompagner pendant cette période de crise sanitaire. Chaque jour, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de votre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess