Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : la MAM pour tous acceuille toujours des enfants à Sens

-
Par , France Bleu Auxerre

Dans l'Yonne, certaines crèches restent ouvertes malgré ce troisième confinement. A Sens, "une Mam pour tous " continue de fonctionner notamment pour les enfants de personnels soignants ou prioritaires.

Une MAM pour tous continue d'acceuillir les enfants de personnels prioritaires à Sens
Une MAM pour tous continue d'acceuillir les enfants de personnels prioritaires à Sens - Céline Atlati

Avec le troisième confinement, peu de crèches ou de lieux d'accueil de  la petite enfance sont restés ouverts et accueillent des enfants. À Sens, "Une Mam pour tous" accueille des petits de parents prioritaires,  âgés de quelques mois à trois ans. Des places existent aussi pour des  enfants de parents non prioritaires. Céline Atlati est la fondatrice de  cette structure.

Votre maison d'assistantes maternelles a pu rester ouverte, contrairement à beaucoup d'autres structures. Expliquez nous pourquoi ?

Nous sommes restés ouvert car nous travaillons essentiellement avec les salariés de l'hôpital de Sens. Nous sommes en partenariat avec l’hôpital  depuis l'ouverture, il y a quatre ans. Pour nous, il était donc évident que la structure continue à fonctionner avec des aménagements dus à la crise sanitaire. .

Votre capacité d'accueil a baissé avec la crise et les décisions sanitaires. Avec quelles conséquences pour l'accueil des enfants et le personnel ? 

La capacité d'accueil a été réduite à dix au lieu de seize. Du coup au lieu de tourner avec quatre assistantes maternelles, nous ne sommes plus que trois. Il a fallu réorganiser notre fonctionnement par rapport aux familles. Prioriser bien sûr, les soignants et après, en fonction des places disponibles prendre les enfants des personnes prioritaires, notamment les enseignants. Donc, on a fait en fonction et on s'est arrangé pour que ça tourne correctement. 

Justement, est ce que vous avez eu beaucoup de demandes de personnes en télétravail ou qui ont des problèmes justement pour faire garder leurs enfants ? 

Oui. Actuellement nous avons vingt cinq familles inscrites à la MAM. On a essentiellement quatorze familles de soignants et le reste de professions libérales orthophonistes, ergothérapeutes. Des personnes qui sont coincées parce qu'elles travaillent chez elles  ou sont en télétravail. On s'adapte donc en fonction des demandes. Nous composons un peu au jour le jour et on propose nos places disponibles aux personnes qui en ont vraiment besoin. 

On peut donc vous contacter en cas de besoin. Il y a des listes d'attente ?

Oui et non. Il y a la possibilité d'aller sur le site de monenfant.fr pour faire votre demande. Ce site est accessible à tous. Cela nous permet de recenser nos disponibilités. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess