Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Éco : la renaissance de la marque de vélo blancoise Dilecta

-
Par , France Bleu Berry

Il s'appelle Éric Vanhaverbeke : cet entrepreneur veut relancer la marque Dilecta née au Blanc en 1913 et qui a accompagné les grandes heures du cyclisme français. Ce projet intervient dans un contexte de forte demande depuis le confinement.

Un salarié de Dilecta au cours d'une opération d'assemblage de cadre
Un salarié de Dilecta au cours d'une opération d'assemblage de cadre - Dilecta

Créée au Blanc en 1913 par Albert Chichery, la marque Dilecta a marqué les grandes heures du cyclisme français entre 1922 et 1955 avec son équipe professionnelle. Le succès fut aussi entrepreneur et commercial avec une usine qui a employé jusqu’à 250 salariés. Confrontée à l’apparition du cyclomoteur, la marque a disparu en 1968. 

L'usine Dilecta au Blanc dans les années 20
L'usine Dilecta au Blanc dans les années 20 - Dilecta

Fort d’une expérience de vingt-cinq ans dans le monde du vélo, Éric Vanhaverbeke, qui a notamment dirigé l’usine Look à Nevers, Éric Vanhaverbeke a pour ambition de relancer la marque. Son père, Jean-Pierre, fit partie en 1966-67 de l’éphémère équipe Kamomé-Dilecta-Wolber.

Des vélos haut de gamme fabriqués en France

Labellisée “entreprise du patrimoine vivant”, sa start-up mise sur des vélos haut de gamme de fabrication française en acier très léger, à la fois performants et endurants, produits en petites séries et numérotés. Il faudra compter à partir de 3500 euros pour un vélo assemblé. Cette renaissance s’inscrit dans un contexte de forte demande de cycles depuis le confinement du printemps 2020.  

Les vélos ne seront pas fabriqués au Blanc mais dans l’atelier d’un artisan spécialisé à La Fuye près de Tours. Mais l’idée de recréer un atelier d’assemblage dans la cité qui a vu naitre la marque et où un musée Dilecta est en projet, fait son chemin.  

Un des modèles de Dilecta
Un des modèles de Dilecta - Dilecta

Deux premiers modèles seront commercialisés à partir du 1er mars : un vélo route portant le nom de “Le Blanc” et un modèle gravel (“Le Forçat”). Un modèle urbain (“Le Paname”) est prévu pour 2022. Le magasin Cycles et sport au Blanc sera l’un des points de vente. On pourra également les commander sur le site internet qui sera prochainement mis en ligne.

Pas d’événement pour le lancement

Mais la situation sanitaire complique les choses : Éric Vanhaverbeke s’est ainsi résolu à annuler l’événement prévu pour le lancement le 3 mars qui se limitera aux réseaux sociaux. De même, une randonnée cyclo reliant Paris à Le Blanc avec la participation de personnalités qui ont accepté d’être les ambassadeurs de la marque, a été repoussée à cet été. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess