Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : la société Mina Raine se plie en quatre pour répondre aux demandes des coiffeurs à Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Dans "la nouvelle éco", nous nous intéressons ce matin à la société Mina Raine. Petite entreprise familiale de Limoges, elle croule sous les commandes depuis le début du déconfinement. Sa spécialité, la fabrication de pièces en tissu pour les professionnels de la beauté.

Pas le temps de souffler ces derniers mois pour les couturières de Mina Raine à Limoges
Pas le temps de souffler ces derniers mois pour les couturières de Mina Raine à Limoges - ©Mina Raine

C'est l'histoire d'une petite entreprise qui ne connait pas la crise. La société Mina Raine à Limoges fabrique des pièces en tissu (peignoirs, tuniques et bonnets de protection) pour les professionnels de la beauté. Notamment dans les salons de coiffure. Avec ses six salariés, elle livre dans toute la France et dans plusieurs pays européens, Belgique, Allemagne ou encore Royaume-Uni. Une PME qui pendant le confinement a fabriqué des masques de protection. Elle s'est ensuite recentrée sur son cœur de métier avec un carnet de commande qui a explosé dès le début du déconfinement. "Le protocole sanitaire est très stricte pour les coiffeurs. Ils doivent changer de textile à chaque client. Ils ont besoin de s'équiper en conséquence. Les commandes ont augmenté. On est surchargé de travail. On se retrouve avec des commandes du mois de mai à terminer aujourd'hui" explique David Robinson, le directeur commercial. 

On commence à sortir la tête de l'eau

Pour faire face, Mina Raine a d'abord fait appel à deux couturières en CDD. Mais elles ne sont pas restées longtemps. Elles ont quitté la société pour d'autres aventures professionnelles. La petite entreprise limougeaude a ensuite passé un partenariat avec France Manufacture. "France Manufacture qui travaille pour de grandes marques a un grand atelier de couture à Limoges. Ils nous aident en faisant les premières étapes et on termine le travail dans notre atelier. Grâce à cela, on commence à sortir la tête de l'eau". Mais Mina Raine aimerait très logiquement s'agrandir pour assumer ses commandes sans avoir recours à un sous traitant. "Tout cela nous montre qu'on peut faire face à une grande demande. Chose qui ne nous était pas arrivée avant. On cherche à recruter mais c'est très compliqué de trouver des gens compétents et qui ont envie de faire ce qu'on fait. Ce n'est pas de la mode. C'est de la couture industrielle mais c'est un métier très intéressant.

D'abord répondre aux commandes des clients historiques

En attendant de trouver de nouveaux collaborateurs, Mina Raine ne peut pas prendre de commandes de nouveaux clients. Son site internet est d'ailleurs désactivé. "Le site est hors-ligne. Il y a un message en page d’accueil qui explique notre situation. Les gens comprennent. On n'est pas les seuls dans cette situation. On essaye déjà de satisfaire nos clients historiques mais pour l'instant, on ne peut plus prendre de nouveaux clients" se désole le directeur commercial qui doit bien admettre que les délais de livraison sont plus longs que d'habitude. Si la réactivité est normalement une force de Mina Raine, les clients doivent attendre en ce moment cinq à six semaines. Avec une demande toujours très forte alors que la crise et les protocoles sanitaires sont toujours d’actualité en France. "Il y a toujours la même demande. Notre fournisseur, qui est prêt à s'investir avec nous, a aussi pris des mesures pour pouvoir faire face et éviter une pénurie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess