Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le Chambéry Savoie Mont Blanc Handball a baissé son budget de près de 20%

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La Team Chambé reprend le championnat de France de handball ce samedi après six mois d'arrêt. Alain Poncet, le président du club fait le point sur les finances avant la reprise.

Illustration Chambéry Handball
Illustration Chambéry Handball © Radio France

L'heure de la reprise de la compétition a sonné pour le Chambéry Savoie Mont Blanc Handball. Après six mois d'arrêt, les Savoyards reçoivent Toulouse samedi soir au Phare pour la 1re journée de championnat. Alors que le club a été très impacté par les conséquences de la crise du coronavirus, ce début de saison donne l'occasion de faire un point sur l'état de santé économique du club avec Alain Poncet, le président du club

France Bleu Pays de Savoie : Financièrement, comment se porte le club ?

Alain Poncet : Il est mis en sécurité. Cela a été le travail des derniers mois. On a réduit le budget de fonctionnement et les dépenses pour pouvoir encaisser un manque de recette potentiel. L'intégralité du personnel, joueurs, administratif, staff a fait des efforts sur la masse salariale, ce qui nous a permis de faire baisser le budget entre 15 et 18%. Aujourd'hui le club est paré mais on ne sait pas où l'on va.

Le club est en sécurité mais malgré cela on peut le dire, il n'y a pas de petites économies ?

En effet, la moindre économie est utile et puis on compte sur le soutien de nos partenaire. On considérait que la partie partenariat allait baisser de 15%, finalement on est entre 15 et 20%. Un certain nombre de salons privés ne se font pas. Ensuite, sur la partie public, environ 93% des abonnés ont renouvelé mais aujourd'hui on sent une petite peur. Le remplissage du Phare est plus timide.

"Aujourd'hui, il y a les matchs à gagner au Phare, les matchs à gagner à l'extérieur et le match global de l'économie."

Vous parlez du public. Le huit-clos est-il envisagé ? 

Le huit-clos, on l'oublie car économiquement le modèle ne marche pas du tout. On peut repousser les matchs, jouer avec une jauge réduite mais le huit-clos on en fera qu'un car le modèle ne fonctionne pas. 

On a bien compris que les finances du club sont impactées. La stratégie de recrutement est-elle ainsi changée ? 

Le budget de Chambéry ne pourra plus être le plus gros des budgets. Quand on n'a pas d'argent il faut essayer d'être malin. On prend des joueurs qui sont en fin de contrat ce qui permet d'éviter d'acheter les contrats et dans le même temps on forme des joueurs. De nos jours, il faut se réinventer, être imaginatif, à l'écoute. Aujourd'hui, il y a les matchs à gagner au Phare, les matchs à gagner à l'extérieur et le match global de l'économie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess