Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le chocolatier Cémoi ne sera bientôt plus un entreprise familiale

-
Par , France Bleu Roussillon

L'entreprise Cémoi, l'une des plus importantes des Pyrénées-Orientales, amorce un tournant historique. Le numéro un du chocolat en France a décidé d'ouvrir son capital. C'était jusqu'ici une entreprise à 100% familiale, mais ce modèle n'était plus en adéquation avec ses ambitions.

L'usine Cémoi sur le site de Torremilla à Perpignan
L'usine Cémoi sur le site de Torremilla à Perpignan © Maxppp - Michel Clémentz

C'est l'un des poids-lourds de l’économie dans les Pyrénées Orientales, le chocolatier Cémoi amorce un tournant dans son histoire. Jusqu'ici entreprise à 100% familiale, Cémoi a aujourd'hui décidé d'ouvrir son capital

Avec un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros, 3.400 salariés dans le monde dont 500 a Perpignan, 14 usines rien qu’en France, Cémoi est un géant mondial du chocolat, mais un géant qui devient aujourd’hui trop petit pour faire face à la concurrence mondiale sur le marché du chocolat. Cémoi veut encore s’agrandir, d’où l’ouverture de capital et la recherche de nouveaux investisseurs.

Impossible de rester sur le modèle familial

Le groupe Cémoi reste aujourd’hui une anomalie dans le secteur. C’est la seule entreprise a être restée 100 % familiale. Cémoi est dans le famille Poirrier depuis 1962. Celle ci détient la totalité des actions. La situation n’est plus tenable a confié le week-end dernier le PDG Patrick Poirrier à nos confrères de France 3 : "Nous avons atteint les limites d’une structure capitaliste d’un groupe familial et nous devons continuer à grandir." Rester sur un modèle familial est une anomalie vu la teille du groupe.

La concurrence, elle, joue les gros bras a coup de regroupement. En 2018, Ferrero a racheté Nestlé US,  le Japonais Fuji Oil a racheté le géant américain du chocolat Blommer. Coté Cémoi, certains rachats ont été ratés car "nous voulions garder 100 % du capital" explique le PDG. Et puis la crise du Covid est également passée par là. La famille Poirrier s’est donc résolue à faire ce qu’elle s’était toujours refusée à faire : se marier avec d’autres investisseurs pour pouvoir passer à un braquet supérieur

Le groupe veut rassurer ses salariés

Le groupe a donc élaboré  un plan stratégique sur cinq ans pour grandir et investir, avec en vue des acquisitions d'entreprises. "Nous fabriquerons de plus en plus pour d'autres acteurs" indique Patrick Poirrier au journal Les Echos. "Des discussions sont en cours depuis des semaines avec de potentiels partenaires." Les partenaires sociaux en ont été informés. Le mariage pourrait aboutir au premier semestre 2021. 

Reste a savoir si la famille Poirrier restera majoritaire. Elle restera au capital, mais à quelle hauteur? Cémoi qui veut aussi rassurer son personnel : ni réduction de personnel, ni fermeture de sites ne sont envisagées pour l’instant, assure le groupe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess