Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le gérant d'un nouveau café à Bordeaux attend toujours les aides pour faire face à la crise

-
Par , France Bleu Gironde

Alors que les restaurants sont fermés depuis le 30 octobre, les deux gérants de l'Alaia Surf Café, à Bordeaux, n'ont pas reçu les aides du fonds de solidarité mis en place pour les établissements fermés administrativement en raison de la crise sanitaire. Le café a ouvert il y a moins de trois mois.

Comme tous les autres établissements, Jérome Cordoba et Thomas Jean doivent se contenter de la vente à emporter
Comme tous les autres établissements, Jérome Cordoba et Thomas Jean doivent se contenter de la vente à emporter © Radio France -

Les restaurateurs ont fait des propositions au gouvernement ce mercredi, en vue d'une réouverture. Parmi les mesures envisagées : rouvrir uniquement pour le déjeuner dans un premier temps et utiliser des QR code pour tracer d'éventuels cas positifs. 

Les deux gérants de l'Alaia Surf Café n'attendent que ça. Leur établissement, situé sur la rive droite bordelaise, a ouvert en pleine crise sanitaire, le 17 décembre 2020. Pour l'heure, aucun client n'a pu profiter de la grande terrasse et des tireuses à bière flambant neuves. Comme tous les autres établissements, Jérome Cordoba et Thomas Jean doivent se contenter de la vente à emporter. Un moyen de se faire connaître et de faire un peu de chiffre d'affaires. Jusqu'à présent, ils n'ont pas pu bénéficier des aides financières du fonds de solidarité mis en place par le gouvernement. 

"De la poudre aux yeux"

Il faut dire que ces deux amoureux de l'océan ont fait le pari d'ouvrir durant la crise sanitaire en France. Ils ont créé leur entreprise au mois de septembre pour une ouverture prévue au mois de décembre. Jérome Cordoba et Thomas Jean pensaient avoir échappé  au pic de l'épidémie, mais le deuxième confinement a été annoncé fin octobre. Après deux mois de travaux et un prêt de 350.000 euros, les deux gérants ont donc tout de même fait le choix d'ouvrir leur établissement pour proposer des plats à emporter. Ils ont tenté d'obtenir les aides de l'Etat, sans succès : "Il fallait faire preuve d'une antériorité : par exemple pour décembre 2020, pour avoir des aides il fallait présenter son chiffre d'affaires 2019, explique Jérome Cordoba. Cette histoire du 'Quoiqu'il en coûte' c'était de la poudre aux yeux. La situation perdure et pourtant les aides sont inconnues."

Ils ont toutefois pu bénéficier d'une enveloppe de la Métropole : 1.000 euros pour la mise en place du click and collect. Grâce à la vente de boissons et de plats à emporter, Jérome Cordoba estime réaliser un chiffre d'affaires d'environ 2.000 euros par semaine. Mais cela ne suffit pas pour payer le loyer ainsi que les charges. Sans compter qu'ils devront commencer à rembourser le prêt à la fin du mois de mai.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Rebondir

Les co-gérants ne manquent toutefois pas d'idée pour la réouverture : "L'objectif c'est de rebondir vite". Ils prévoient donc déjà de nombreux événements lorsque leur établissement pourra enfin ouvrir et recevoir ses premiers clients sur place.

Au-delà de la carte spécialement imaginée grâce aux différents spots de surf qu'ils ont découvert dans le monde entier, Jérome Cordoba et Thomas Jean veulent proposer un nouveau lieu de rencontre à Bordeaux autour du surf. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess