Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le groupe SICAREV à Migennes bénéficie de fonds du plan de relance

-
Par , France Bleu Auxerre

Le groupe SICAREV implanté à Migennes emploie plus de trois cents personnes sur cinq sites. Il fait parti des abattoirs retenu dans le plan de relance pour moderniser leurs installations.

SICAREV à Migennes va rénover l'acceuil des animaux grâce aux aides de l'Etat
SICAREV à Migennes va rénover l'acceuil des animaux grâce aux aides de l'Etat - Sylvain Prudon

Le groupe SICAREV implanté à Migennes (Yonne) emploie plus de 350  personnes sur cinq sites. Il fait parti des abattoirs retenus dans le  plan de relance. Il bénéficie de 1,355 million d'euros d'aide pour un  plan d'investissement qui vise à l'amélioration de la protection  animale. Sylvain Prudon est le directeur du pôle viande et produits élaborés chez SICAREV.

Rappelez-nous, les activités de votre groupe ?

Le groupe SICAREV est avant tout une coopérative qui fédère 7500 éleveurs. Son activité, c'est la valorisation des productions animales de ses éleveurs. Grâce à ses abattoirs et à ces douze sites industriels. Et parmi ces sites, le site de Migennes, plus important, est spécialisé dans l'abattage, la découpe et la transformation de viande bovine et ovine. 

Vous allez bénéficier d'une aide de plus de 1,3 million d'euros dans le cadre du plan de relance. À quoi va servir cet argent ? 

Dans le cadre de ce plan de relance et surtout du plan de modernisation des abattoirs, nous avons présenté un projet d'investissement de l'ordre de 3,55 millions d'euros. Ce projet comporte quatre volets. Un premier volet qui concerne la protection animale, un second volet qui concerne l'amélioration des conditions de travail pour les salariés. Le troisième volet qui concerne l'hygiène des procédés et enfin, un volet compétitivité développement de nouveaux marchés. 

La crise sanitaire n'a t-elle pas eu trop d'impact sur vos activités ? 

Si forcément, nous avons été impacté sur l'activité en elle même avec l'arrêt et le ralentissement de la restauration. Par contre, cela a été compensé par une augmentation de la consommation sur les circuits traditionnels et en grande distribution. Au global, le volume d'activité a été maintenu mais de fortes perturbations au cours de cette dernière année. 

Comment envisagez-vous les six mois qui viennent ? 

Nous comptons beaucoup sur sur le plan de relance, la sortie de la crise sanitaire et la réouverture de la restauration dans les mois qui viennent. Nous sommes plutôt optimistes pour la fin d'année 2021. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess