Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La nouvelle éco" : le secteur de l'événementiel et du spectacle voit rouge en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

A cause des nombreuses annulations de spectacles, concerts, salons et réunions d'entreprise, le secteur du spectacle vivant et de l'événementiel est en nette perte de vitesse. En panne, même, alertent les professionnels concernés qui demandent au gouvernement "des aides" et "de la visibilité".

Le secteur de l’événementiel emploie de nombreux intermittents du spectacle (Photo d'illustration)
Le secteur de l’événementiel emploie de nombreux intermittents du spectacle (Photo d'illustration) © Maxppp - lionel Adam - Photo PQR / L'Est Républicain

"Premiers arrêtés, derniers à repartir". Le monde du spectacle vivant et de l'événementiel alerte le gouvernement sur ses difficultés économiques persistantes du fait de la crise du coronavirus et sur son manque de visibilité pour les prochains mois. Chez "Scène de nuit", à Allonnes près du Mans, par exemple, "la perte de chiffre d'affaire est de 90%", annonce le directeur, Frédéric Moraine. Le dirigeant fait les comptes : "d'habitude, nous connaissons une saison pleine du mois d'avril jusqu'à la fin du mois de septembre voire du mois d'octobre", explique-t-il. "C'est compliqué. Le manque d'activité est important, non seulement pour notre équipe locale mais aussi pour les intermittents", détaille l'entrepreneur sarthois.  

Des annulations à la chaîne

La liste des déconvenues de l'été et de la rentrée est longue. "Nous travaillons principalement sur les festivals, les concerts en plein air, les fêtes de village, les salons, par exemple au Parc des expositions du Mans, sur le circuit ou au MMAréna. Tous ces salons, comme les événements professionnels sont annulés", regrette Frédéric Moraine, directeur de la société "Scène de nuit". Avec d'autres intervenants du monde du spectacle et de l'événementiel, souvent membres du Syndicat National des Prestataires de l’Audiovisuel Scénique et Événementiel, le dirigeant sarthois alerte le gouvernement. Il réclame "plus de visibilité sur ce qu'il sera possible de faire et des aides prolongées et spécifiques pour le secteur". Frédéric Moraine regrette que son activité soit "assimilée à celle du tourisme". L'entrepreneur est inquiet : "pour l'instant, je ne vois aucun avenir". 

Ecoutez la chronique "La nouvelle éco" de 7h15 sur France Bleu Maine 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess