Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : le secteur de l’hôtellerie peine à recruter alors que la saison démarre

-
Par , France Bleu Auxerre

Ce premier grand week-end de mai est synonyme de début de saison pour les hôteliers. Une saison sur laquelle ils fondent beaucoup d'espoir mais pour laquelle ils peinent à recruter.Violaine Livry-Deval, la patronne de l'Hôtel du Lion d'Or à Vézelay était notre invité ce matin dans la nouvelle éco.

 "Si on ne fait rien pour garder du personnel travaillant dans l'hôtellerie et la restauration, je ne sais pas où on va ? " Violéne Livry-Leval de l'hôtel du Lion d'Or à Vézelay (Photo d'illustration )
"Si on ne fait rien pour garder du personnel travaillant dans l'hôtellerie et la restauration, je ne sais pas où on va ? " Violéne Livry-Leval de l'hôtel du Lion d'Or à Vézelay (Photo d'illustration ) © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Avec ce premier grand week-end de mai, les hôteliers retrouvent le sourire. Les Français ont envie de respirer et d'aller voir ailleurs. A Vézelay, l'Hôtel du Lion d'Or devrait bien travailler, mais la question aujourd'hui, c'est de savoir si l'établissement aura le personnel suffisant pour faire face à l'afflux de touristes dans les prochaines semaines. Violaine Livry Deval, la patronne de cet hôtel, était notre invité ce matin dans "La nouvelle éco".

Est-ce qu'on peut dire que les réservations redémarrent véritablement avec ce premier grand week-end de mai ? 

Oui, les réservations ont totalement repris depuis qu'il  y a eu l'annonce du gouvernement sur la réouverture des restaurants et ça donne un coup de bourre. 

Avec des gens qui viennent d'un peu partout, ou plutôt des gens qui viennent de région parisienne ?

Essentiellement en région parisienne. Effectivement, pour l'instant, les touristes étrangers ne sont pas revenus en France. Donc effectivement, le marché. Belges, Suisses, Allemands, Hollandais, tous ces pays ne sont pas encore revenus en France. 

Aujourd'hui, finalement, votre principal problème, c'est de trouver du personnel ? 

Oui. Mon plus gros problème, effectivement, c'est un problème de recrutement, puisque d'après ce que j'ai pu lire et entendre, il y aurait eu 100.000 personnes de ce métier qui seraient partis vers d'autres métiers. Donc, c'est une très grosse difficulté. C'était déjà très tendu avant, mais là, ça devient encore plus,  beaucoup plus tendu. Et j'ai même cru comprendre qu'il y avait certains restaurants qui, faute de personnel, n'allaient pas rouvrir. C'est quand même extrêmement inquiétant pour l'avenir proche et pour le futur également. Parce que si on ne fait rien pour essayer de garder du personnel travaillant dans l'hôtellerie et la restauration, je ne sais pas où on va. 

Vous vous travaillez avec un effectif de combien de salariés habituellement ?  

En haute saison, on est à peu près entre 20 et 24 personnes. 

Est-ce que cette année, il y en a qui vous disent "non, ce n''est pas la peine de compter sur moi" ?

Absolument. Il y a des gens qui ont vraiment arrêté ce métier. Le fait qu'il y ait eu quand même toute cette période de fermeture et peut être les gens ont envisagé de faire autre chose, ne sachant pas quand est-ce-que les restaurants et les hôtels allaient rouvrir. En ce moment, je crois qu'il y a beaucoup de personnes qui ne souhaitent pas trop être en contact avec la clientèle donc ça aussi c'est un souci.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess