Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le secteur de l'immobilier "se porte bien" à Annecy mais...

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

C'est un secteur qui risquait d'être très impacté par les conséquences économiques de la crise du coronavirus. Quatre mois après la fin du confinement, on fait le bilan à Annecy. Il est très positif mais les premiers "effets" pourraient bientôt se faire sentir.

Illustration immobilier
Illustration immobilier © Radio France

Comme dans beaucoup de secteurs, l'immobilier a dû se mettre en "stand-by" le temps du confinement et tente désormais de retrouver une activité normale. A Annecy, le marché est "tendu" depuis plusieurs mois car la ville est particulièrement recherchée. Comment se porte-t-il quatre mois après la fin du confinement ? Eléments de réponse avec Corinne Desmoulins, directrice générale de l'agence Canal Immobilier à Annecy et vice-présidente de la Fédération National de l'Immobilier sur le bassin Annecy-Albanais.

France Bleu Pays de Savoie : Comment se porte le marché immobilier sur le bassin annécien ?

L’immobilier reste un secteur actif à l’issue de la période de confinement. On a constaté que ceux qui voulaient acquérir des propriétés étaient toujours là. Mieux, ils ont envie et sont pressés de changer de logement pour quelque chose de plus confortable. Ils recherchent des choses avec des zones extérieures, plus éloignées de leur travail et avec une perspective de télétravail qui leur fait voir plus grand.

Pour l’instant au niveau des clients, vous ne ressentez pas les effets de la crise ?

Les effets économiques vont peut-être se révéler maintenant. Le vrai indicateur à surveiller, c’est le taux de chômage. Si l'entreprise rencontre des difficultés, cela peut aboutir à des licenciements et il peut y avoir un impact sur les projets immobiliers. On commence à le voir d'ailleurs sur des compromis signés au début de l’année. Des dossiers validés financièrement avant la crise, aujourd'hui la banque ne veut plus suivre. Et surtout, il y a une pénurie d’offre.

Cette pénurie d’offre, a-t-elle été accentuée par la crise sanitaire ?

On n'a peu de recul pour l’instant par rapport aux conséquences du confinement. Cependant, j’ai le sentiment qu’il y a un effet qui renforce la contraction de l’offre sur Annecy, ce sont les résidences secondaires qui reprennent de l’importance. Certains ont des envies de conserver leurs biens ou d’acquérir un bien dans ces secteurs-là. Quant à la résidence principale, l’offre a été renforcée et pas seulement à cause du coronavirus. Avec les élections municipales, des permis de construire ont été mis en pause voire refusés. Conséquence, il y a peu d’offres neuves sur le marché alors que la population du bassin annécien augmente.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess