Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

Tourisme : le succès des résidences hôtelières à Bordeaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Alors que les hôtels classiques doivent faire face à des pertes abyssales de chiffre d'affaire, les résidences hôtelières - qui proposent des chambres plus grandes et avec un coin cuisine - affichent en ce moment les meilleurs taux d'occupation de Bordeaux.

L'une des chambres du Victoria Garden à Bordeaux
L'une des chambres du Victoria Garden à Bordeaux © Radio France - Florence Pérusin

Ces résidences hôtelières, qui avant la crise sanitaire visaient essentiellement un tourisme d'affaire comme par exemple des salariés en déplacement professionnel ou des jeunes en stage, voient désormais arriver également de nombreuses familles et couples de retraités. Ces derniers sont attirés par la taille des chambres (plus grandes que dans un hôtel classique) et surtout par le coin cuisine, qui en période de fermeture des restaurants, permet de se faire à manger ou de faire réchauffer au micro-ondes un plat à emporter. 

Moins cher qu'Airbnb et sans le ménage

Ainsi, les clients à la recherche d'un hébergement touristique actuellement sur Bordeaux plébiscitent ce mode d'hébergement. Au Victoria Garden l'une de ces résidences qui se trouve en plein centre-ville, cours de la Somme, le taux d'occupation est actuellement de 32%. "Ce n'est pas fou" concède le directeur Hadrien Ormières, "mais on ne se plaint pas. On sait qu'on fait partie de ceux qui s'en tirent le mieux à Bordeaux" poursuit-il. Avec en plus une politique tarifaire concurrentielle à 70 euros la nuit actuellement, pour un studio, "nous offrons le confort d'un hôtel au prix d'un appartement Airbnb dans le centre de Bordeaux, mais sans le ménage à faire en partant !".

Hadrien Ormières: "On le sait on fait partie de ceux qui s'en tirent le mieux!"

Des travaux et de gros projets de développement

Dès l’annonce du 1er confinement en mars 2020, le directeur avait décidé de se lancer dans une importante série de travaux. "On a d'abord poncé les parquet et refait les peintures. Et pour l'année prochaine, on prévoit d'agrandir la réception, de faire une loggia et une terrasse devant". Preuve que la crise actuelle ne refroidit pas tous les entrepreneurs. Ce dernier qui n'avait pas eu droit lors du 1er confinement aux aides de l'état, a pu les toucher pour le 2ème confinement. Il bénéficie également de prêts garantis par l'Etat dans le cadre du plan France Relance. 

Hadrien Ormières a de nombreux projet pour 2021

Retrouver la Nouvelle Eco tous les matins à 7h15 sur France Bleu Gironde

Choix de la station

À venir dansDanssecondess