Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : le beurre AOP Charentes-Poitou résiste à la crise, notamment grâce aux particuliers

-
Par , France Bleu Poitou

Si certaines filières comme le lait se sont retrouvées en difficulté en raison des mesures saniaires, les beurres AOP Charentes-Poitou s'en sont correctement sortis en 2020, grâce à la consommation des particuliers et à l'export.

Les particuliers ont beaucoup cuisiné en 2020 et ont acheté plus de beurre.
Les particuliers ont beaucoup cuisiné en 2020 et ont acheté plus de beurre. © Maxppp - Maxppp

Une année 2020 correcte pour les beurres AOP Charentes-Poitou, un des produits phares de notre territoire. C'est le bilan tiré par Joseph Giraud, directeur du syndicat des laiteries pour la promotion des beurres Charentes-Poitou. "La crise nous a d'abord surpris, au printemps 2020, période où la production laitières est importante" se souvient-il. "On avait la crainte qu'avec le confinement, le volume de lait ne puisse pas être traité." La filière laitière s'est rapidement adaptée, en incitant à produire moins, dédommagements à clé. Puis la crainte s'est portée sur l'écoulement des produits : avec les restaurants fermés, les cantines collectives à l'arrêt, à qui vendre les fameux beurres ?    

En cuisinant chez eux, les Français ont acheté beaucoup plus d'alimentation 

Pas de restaurants, pas de marchés, mais des particuliers qui sont davantage chez eux... et qui consomment plus. "Les salariés qui ont travaillé chez eux ont cuisiné, ils ont acheté davantage dans la grande distribution où les ventes se sont développées" explique Joseph Giraud. Les ventes en grandes et moyennes surfaces sur les produits laitiers ont augmenté en 2020. 

Quant à l'exportation à l'étranger, elle a plutôt bien fonctionné. "Les produits français, notre beurre en particulier, sont très appréciés" rappelle Joseph Giraud. "On a souffert dans un premier temps de la logistique perturbée dans certains pays mais sur l'ensemble de l'année 2020, la commercialisation à l'export a augmenté de 4,5 % environ." Cela ne suffit pas à compenser les pertes mais elles sont limitées : en 2020, les ventes ont baissé d'à peine 4,5%. Mais les "co-produits" comme le lait ont souffert et "n'ont pas permis de bien rémunérer les producteurs."   

La crème, qui a rencontré un vif succès en 2020, bientôt labellisée ?

Un produit a bien tiré son épingle du jeu : la crème Charentes-Poitou. Les ventes ont bondi de plus de 10% en 2020, là aussi en raison du retour à la cuisine faite maison. Si la crème n'a pas d'AOP contrairement aux beurres, cela pourrait changer dans les années à venir. Mais ce type de reconnaissance prend du temps. "C'est un gros travail que nous conduisons. La production dans les exploitations, avec cahier des charges strict, sera la même [que pour le beurre]" explique Joseph Giraud. "On espère qu'avec le même cahier des charges, on pourra aller plus vite. Mais c'est très long, ça peut prendre entre 5 et 10 ans. C'est une démarche d'abord au niveau national, puis transférée à l'Europe." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess