Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les boulangers des Pyrénées-Orientales à l'heure des galettes et de l'espoir

-
Par , France Bleu Roussillon

Pâtisserie incontournable des débuts d'années, les traditionnelles galettes des rois ont fait leur apparition depuis quelques jours chez les boulangers. Un moment toujours important pour une profession qui espère comme beaucoup une année 2021 meilleure que la précédente.

Galettes et couronne sur un étal de boulanger
Galettes et couronne sur un étal de boulanger © Maxppp - Michael DESPREZ

À peine remis des réveillons de fin d'année, voilà qu'il faut remettre le couvert. Dessert traditionnel de l'épiphanie, la galettes des rois s'invite au dessert ou au goûter en ce début janvier. Et pour une galette artisanale de qualité, deux solutions : la faire soi-même ou l'acheter chez son artisan boulanger. "En ce moment on en sort près de 200 par jour" explique Emmanuel Castro, boulanger à Laroque-des-Albères et ancien président de la fédération des boulangers des Pyrénées-Orientales. "Là, c'est vraiment le rush et ça va durer une semaine avant de s'estomper petit à petit jusqu'à la fin du mois de janvier".

Avec des prix qui peuvent parfois monter assez haut, la période des galettes est importante pour la profession. "Après la période des fêtes où on a quand même bien travaillé, le mois de janvier c'est le moment où l'on peut assurer un certain chiffre d'affaires" explique l'artisan. "Ça permet de passer le mois de février généralement creux jusqu'à la période de Pâques"

D'autant que l'année 2020 n'a pas été vécue par tous les boulangers de la même façon, même si le secteur a été moins impacté que d'autres métiers de bouche par la crise sanitaire. "C'est vrai que les boulangers de campagne ont retrouvé un certain souffle à la faveur du confinement car les gens sont resté dans leur village. En revanche, les boulangerie des villes ont plus souffert : là il y a eu de la perte de chiffre d'affaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess