Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les commerçants retiennent leur souffle en attendant l'allocution d'Emmanuel Macron

-
Par , , France Bleu Auxerre

Les artisans et les petits commerçants sont suspendus à l'allocution du président de la république ce mardi 24 novembre. L'enjeu principal est la réouverture, même partielle de leur commerce pour pouvoir tout simplement survivre.

Jennifer Hennion esthéticienne à Villeneuve-sur-Yonne espère rouvrir son salon au plus vite
Jennifer Hennion esthéticienne à Villeneuve-sur-Yonne espère rouvrir son salon au plus vite - Jennifer Hennion

Quelles perspectives pour les commerces non essentiels dans les jours à venir? Beaucoup espèrent pouvoir rouvrir pourquoi pas dès le weekend  prochain, les 28 et 29 novembre. Un impératif selon Jennifer Hennion, esthéticienne à Villeneuve-sur-Yonne. Elle craint de mettre la clé sous la porte. 

Quelles sont les répercussions de cette fermeture sur votre entreprise ?

Le premier confinement a déjà été une épreuve. Nous avions un peu de trésorerie d'avance mais aujourd'hui elle est épuisée. C'est dix ans de travail, de sacrifices, de vie de famille mise de coté pour essayer de créer une structure qui va s'écrouler d'un claquement de doigt si on ne peut pas rouvrir. Aujourd'hui, il n'y plus de rentrée d'argent, sauf la vente sur internet mais cela ne représente que 5% du chiffre d'affaire. Et puis cela demande beaucoup d'investissement, de travail,  pour faire les photos, référencer les produits notamment le maquillage. Malgré tout, nous avons réussi à faire un peu de vente en click and collect. Cela permet de garder un lien avec la clientèle et de montrer aussi, avec les réseaux sociaux, que nous sommes toujours présents et que l'on fait tout pour survivre. Car aujourd'hui c'est bien de survie dont il s'agit.  

Habituellement le mois de novembre est-il un mois important pour vous ?

En fait novembre prépare le mois de décembre. Je fais essentiellement de l'épilation avec des rendez-vous toutes les trois semaines. Le mois de novembre permet d'étaler, de préparer les fêtes de Noël. Pour l'instant, on fait comme si on pouvait rouvrir. 

Les annonces d'Emmanuel Macron seront donc déterminantes ? 

Si on loupe cette réouverture là et le chiffre d'affaire qui va avec, ce sera catastrophique pour notre activité et tous les commerces en France. On attend que le président annonce sous quelles conditions nous allons pouvoir reprendre notre activité pour mettre en place ces nouvelles normes dès que possible. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess