Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco ind’è noi

La nouvelle éco : les Corses ont-ils continué à se faire livrer des produits locaux après le confinement ?

-
Par , France Bleu RCFM

Pendant le confinement, les Corses se sont rués sur la livraison à domicile de produits locaux. Est-ce que le modèle a survécu au déconfinement ? Plus ou moins selon les entreprises.

Les livraisons à domicile ont explosé pendant le confinement
Les livraisons à domicile ont explosé pendant le confinement © Maxppp - Thierry Thorel

Il y a certaines entreprises pour qui le confinement a eu du bon. C'est le cas par exemple des Frères Pasqualini, bouchers et éleveurs basés à Lucciana. Ils ont développé leur service de livraison partout en Haute-Corse et ils ont pu consolider leur répertoire de clients pendant le confinement.

Sandrine est l'une de leur cliente, restée fidèle à leur service. Elle a découvert la boucherie grâce à la page Facebook Du Producteur au consommateur, créee pendant le confinement, et qui met en relation les producteurs qui livrent avec les consommateurs. Elle compte aujourd'hui 16 000 membre et répertorie des dizaines d'entreprises. "J'ai commandé la première fois comme ça et j'ai été surprise de la rapidité de la livraison, de la qualité des produits, et du prix. Financièrement, c'est quand même très intéressant," explique cette psychologue et mère de famille, qui se fait aussi livrer parce que c'est beaucoup de temps gagné.

Pasqualini&Frères ne fonctionne plus que par drive ou par livraison. Jérôme Pasqualini roule au moins 150 kilomètres par jour. "On a toujours eu des boucheries où l'on passait des heures derrière le rayon à attendre le client, à voir notre viande souffrir derrière les vitrines lorsqu'il n'y avait pas de monde. Alors qu'avec la livraison, on sait que lorsqu'on découpe, c'est vendu et les gens ne reçoivent que du frais". La qualité est au rendez-vous et résultat : il n'y a presque pas eu de baisse de clientèle depuis la fin du confinement.

Le confinement a été "un bonus"

Frédéric Rao, patron de L'Ortu di Biguglia, qui livre des paniers de légumes, a lui aussi beaucoup travaillé pendant le confinement. Il a servi 400 clients en plus. Mais la clientèle s'est un peu érodée depuis puisqu'elle a quasiment retrouvé son niveau d'avant : "les gens ont fui les grandes surfaces pendant la Covid, ils avaient besoin de mon service. Aujourd'hui ils recommencent à fréquenter ces lieux".

Mais il a tout de même gagné une cinquantaine de nouveaux clients. "Ça a été un bonus, ça fait du bien au budget".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess