Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les dépôts-ventes portés par la crise dans les Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

Si les vides-greniers sont à nouveau autorisés dans les Pyrénées-Orientales, ils restent soumis à de fortes contraintes sanitaires. Chineurs et vendeurs préfèrent parfois se tourner vers les dépôts-ventes

Dépôt-vente - illustration
Dépôt-vente - illustration © Maxppp - Lionel Vadam

Interdits lors du deuxième confinement de l'automne dernier, les vides-greniers sont à nouveau autorisés sur le territoire des Pyrénées-Orientales depuis le 28 novembre. Mais les règles sont désormais très strictes : masques obligatoires, sens de circulation imposé, nombre de clients limité, interdiction de toucher les objets. Certains organisateurs ont préféré renoncer ces derniers temps. "Il y en a beaucoup moins dans les villages" reconnait Marie Rous qui gère le dépôt-vente Vie2grenier66 à Canohès.

"On a vraiment constaté une hausse de la fréquentation chez nous depuis que le nombre de vide-greniers a baissé" explique-t-elle. "Certains exposants viennent chez nous proposer leurs articles sur une semaine entière et non plus seulement sur une seule journée journée". De la même manière, les chineurs sont un peu plus nombreux ces derniers temps. "On a vu arriver les collectionneurs et les brocanteurs : on ne les voyait pas auparavant."

Les articles d'occasion semblent également attirer une population fragilisée par la crise économique liée au Covid. "On peut trouver chez nous du petit électroménager, de la vaisselle, des vêtements, de la puériculture... les personnes avec des moyens financiers plus faibles viennent d'avantage."

Réécoutez l'interview de Marie Rous

Choix de la station

À venir dansDanssecondess