Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les garagistes dans la tourmente

-
Par , , France Bleu Auxerre

Gros coup de frein pour les activités des garagistes. Le chiffre d'affaire des ateliers de mécanique a baissé de 10% en un an.

Eric Foucher est le président du Conseil national des professionnels de l'automobile dans l'Yonne
Eric Foucher est le président du Conseil national des professionnels de l'automobile dans l'Yonne © Radio France - Eric Foucher

Avec la crise sanitaire, les confinements , le couvre feu, nous utilisons moins notre voiture. Du coup les garagistes ont moins de travail depuis un an.  Au niveau national, le chiffre d'affaire des ateliers de mécanique a baissé de 10% , même chose dans l' Yonne. Eric Foucher est le président du Conseil national des professionnels de l'automobile dans l'Yonne.

-Comment expliquez-vous cette baisse d'activité des garagistes et carrossiers qui pourtant n'ont pas fermé pendant la crise sanitaire?

Effectivement la plupart sont restés ouvert et à la disposition des clients, mais ces derniers ont un peu boudé nos établissements. Sans doute un peu par peur de contracter le virus malgré nos efforts de désinfection et de nettoyage. Les propriétaires de voitures ont aussi moins roulé à cause des confinements et couvre-feu, donc ils ont eu moins besoin de faire réviser leur voiture. Cela veut dire moins d'entretien, de visites périodiques pour les professionnels. ce ne sont pas forcément des gros travaux de mécanique mais les gens ont préféré attendre et reporter à plus tard. Du coup, cela a entrainé une baisse d'activité de l'ordre de 10% pour la partie mécanique et de 25% pour les travaux de carrosserie.

-Comment cette baisse a-t-elle été ressentie par les garagistes?

C'est très compliqué car vous prenez des rendez-vous avec vos clients mais finalement ils décommandent ou ne viennent pas. On se retrouve alors avec du personnel qui n'a plus rien à faire. Jusque là, nous essayons de tenir le coup sans faire appel au chômage partiel mais ce n'est pas facile notamment pour les techniciens en mécanique ou en carrosserie. 

-Est ce qu'à l'avenir on peut craindre des licenciements dans votre secteur?

Effectivement , il va y avoir des garages qui vont avoir encore plus de difficultés dans les mois qui viennent. Ils peuvent peut-être en venir aux licenciements voire à proposer de passer de 39 à 35 heures mais cela va entrainer une baisse de salaire pour les personnels qui n'est pas toujours bien accepté. Tout le monde doit faire un effort mais c'est compliqué pour tous.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess