Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les guides-conférenciers des Deux-Sèvres s'attendent à des mois encore compliqués

-
Par , France Bleu Poitou

C'est une profession très impactée par la crise du coronavirus : guide-conférencier. Dans les Deux-Sèvres, ces professionnels s'attendent à des mois à venir encore difficiles.

Difficile pour les guides-conférenciers des Deux-Sèvres de se projeter (photo archives)
Difficile pour les guides-conférenciers des Deux-Sèvres de se projeter (photo archives) © Radio France - Noémie Guillotin

"Ma dernière visite remonte à l'automne dernier", lance un peu dépitée Stéphanie Tezière, guide-conférencière chez Atemporelle, société coopérative à Parthenay. Conséquence de la crise sanitaire qui continue de chambouler le secteur du tourisme. "Ça nous manque. Si on fait ce métier c'est parce qu'on aime être au contact du public, pouvoir échanger, transmettre quelque chose. Là on ne transmet plus rien, c'est frustrant", poursuit-elle.

On a du mal à se projeter

"On a du mal à se projeter, à entrevoir un avenir. Généralement au mois de février on a publié notre dépliant. Ce qui là n'est pas le cas", explique Stéphanie Tezière. 

Inquiétudes aussi pour Agnès Dupont-Brillatz. Cette guide-conférencière indépendante sur Niort et les alentours a seulement une visite programmé cette semaine et une autre la semaine prochaine, dans le respect des règles sanitaires, "cinq personnes maximum plus moi ça fait six, c'est très peu. Et les personnes ne peuvent pas se déplacer à plus de 10 kilomètres donc c'est vraiment restreint". Elle s'attend encore à des mois difficiles. "Je n'ai plus de demandes pour des groupes cet été. Il n'y a plus de voyages organisés, les associations qui demandaient des visites à l’office de tourisme annulent leur déplacement".

Aides de l'Etat

A Parthenay, Atemporelle ne fait pas que des visites et compense avec d'autres activités comme l’archéologie ou des études historiques. Pour Agnès Dupont-Brillatz, c'est plus compliqué. Elle reçoit les aides de l'Etat. "Je survis grâce à cette petite aide qui permet de tenir le coup. Mais il y a des guides qui sont salariés intermittents et qui n'ont aucune aide", déplore celle qui tient aussi une chambre d'hôte. "J'arrive à me débrouiller parce que c'est vraiment de la débrouille actuellement".

Des guides qui espèrent notamment que les conditions d'exercice vont s'assouplir à l'avenir, notamment la règle des six personnes maximum car "ce n'est pas rentable", affirme Stéphanie Tezière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess