Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : les pépinières Naudet à Chéu augmentent leur production

-
Par , France Bleu Auxerre

Des aides pour encourager les pépiniéristes à trouver de nouveaux plants pour reboiser les forêts. L'Etat accompagne ces entreprises financièrement dans le cadre du plan de relance.

De nouveaux plants sont cultivés
De nouveaux plants sont cultivés - Frédéric Naudet

Les pépinières Naudet installées à Chéu (Yonne), vont bénéficier d'aides de l'État dans le cadre du plan de relance. L'entreprise icaunaise va investir pour augmenter ses capacités de production pour faire face notamment à la demande annoncée de reboisement. L’État va l'y aider à la hauteur de 40 % des investissements. Frédéric Naudet est le responsable de l'entreprise.

Cette aide de l'État dans le cadre du plan de relance est une vraie bouffée d'oxygène pour vous. Que va t-elle vous permettre? 

C'est un accord gagnant gagnant parce que c'est le complément du plan de relance forestier qui consiste à aider les propriétaires forestiers à reboiser. Pour ça, il faut une filière derrière de production de plants et de reboisement qui soit forte. Donc, les professionnels de la pépinière doivent produire des plants qui vont dans le sens de ces efforts de reboisement. Donc, on va investir pour produire davantage de plants pour reboiser. L'État, sur la base d'un programme d'investissement dans ces pépinières, nous finance 40% de ses investissements. A charge pour nous de financer les 60% restants de ce programme sur deux ans. 

Que cela veut-il dire ? Que vous allez mettre en culture et essayer de replanter des essences qui n'existent plus, qui ont été abandonnées et qui pourraient être plus résistantes aux changements climatiques ? 

Il y a plusieurs choses. Effectivement, il y a des volumes de production plus importants. Il y a des investissements pour pouvoir lutter contre les sécheresses estivales. Il y a des efforts en matière d'irrigation, en matière de conservation de plants. Il y a aussi  des mises en culture de nouvelles essences de variétés de chênes, de résineux qui vont être plantées non pas simplement ici, en Bourgogne, mais dans toute la France. Donc, de nouvelles variétés sont testées pas forcément en grande quantité, nous les mettons en culture pour nos clients dès cette année, voire l'année prochaine chez nous dans l' Yonne, pour pouvoir être planté un an, deux ans, trois ans plus tard. C'est quand même un effort de longue haleine dans nos pépinières pour ces plantations qui vont avoir lieu à moyen terme. 

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess