Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : les professionnels bretons du bâtiment inquiets face à la hausse du prix du bois

-
Par , France Bleu Armorique

Depuis plusieurs mois, le prix des matières premières, comme le bois, s'envole. Les professionnels bretons craignent une pénurie en raison d'une très forte demande et de l'apparition de nouveaux acheteurs sur le marché du bois européen.

Pascal Brun a choisi de ne plus répondre aux sollicitations de potentiels clients.
Pascal Brun a choisi de ne plus répondre aux sollicitations de potentiels clients. © Radio France - Lucie Amadieu

Avec les confinements successifs, les Bretons se sont retrouvés plus souvent chez eux et ont eu envie de réaliser des travaux. Nouvelle terrasse, rénovation ou extension de maison, les professionnels du bâtiments sont très sollicités. Tellement, qu'ils peinent à s'approvisionner en matières premières, comme le bois.

Le prix du mètre cube de bois va doubler en l'espace de six mois - Pascal Brun, patron de So wood

Le carnet de commande de Pascal Brun est rempli jusqu'à la fin de l'année et les demandes de devis n'arrêtent pas. Alors le patron de So wood, une entreprise spécialisée dans les constructions en bois située à Bain-de-Bretagne, au sud de Rennes, a dû prendre une décision inédite et radicale. « Je laisse tomber une partie des appels. Nous ne pourrons pas tout honorer avant l''année prochaine. Et même si les clients seraient d'accord pour attendre autant de temps nous serions incapable d'assurer un prix au moment du devis. » Pascal Brun préfère donc être prudent.

Le prix du bois ne cesse de grimper depuis des mois. « Jusqu'en novembre dernier, les charpentiers achetaient entre 250 et 300 euros le mètre cube. Actuellement nous sommes plus sur 400-450  euros et ça va monter jusqu'à 600 euros le mètre cube très bientôt, s'inquiète l'artisan qui a fait des stocks pour assurer ses chantiers en cours. Ça veut dire que le prix va doubler en six mois. »

Des importateurs américains prêts à payer quatre fois plus cher le matériau

Cette hausse de prix s'explique par une très forte demande mais pas uniquement. Le bois acheté par les importateurs français poussent dans les forêts des pays nordiques comme la Finlande, la Suède ou encore l'Allemagne. Depuis quelques mois, des acheteurs américains font leur apparition sur le marché, suite à un changement de réglementation avec leur traditionnel pays fournisseur, le Canada. Les grossistes américains proposent des prix quatre fois plus élevés aux producteurs européens. Les importateurs français tentent donc de s'aligner. « On n'a pas le choix, si nous voulons de la matière nous devons payer. Alors nous aussi on l'achète plus cher, pas quatre fois plus comme les Etats-Unis, mais deux fois plus cher », reconnaît Philippe Samit, le directeur de la stratégie marketing et du développement du groupe ISB, un grossiste implanté à Pacé au nord de Rennes.

Cet emballement a évidemment des conséquences sur le porte-monnaie du consommateur. « Toute la filière est affectée, donc oui il y a une inflation qui a ce niveau-là a des répercussions sur le distributeur, le professionnel et finalement sur le consommateur », admet Philippe Samit. Les professionnels du bois s'attendent, sans certitude, à une baisse de la demande en bois pour le début de l'année prochaine. Cela pourrait donc entraîner une diminution du prix du bois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess