Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les promoteurs immobiliers ne se font pas de bile à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

La crise sanitaire a encore un peu plus renforcé la place du digital dans de nombreux secteurs. C'est le cas des promoteurs immobiliers qui, depuis le déconfinement, envisagent l'avenir sereinement. Illustration avec le groupe Carrère, fondé à Toulouse il y a 25 ans.

Depuis le déconfinement, les voyants sont au vert pour les promoteurs immobiliers.
Depuis le déconfinement, les voyants sont au vert pour les promoteurs immobiliers. © Radio France - Bénédicte Dupont

Entretien avec Frédéric Carrère, président du groupe du même nom, promoteur immobilier toulousain qui s'est depuis développé sur toute la France.

Comment avez-vous subi la crise sanitaire ?

Tous les chantiers ont été arrêtés, les ventes aux particuliers stoppées. Mais pendant la période de confinement, j'ai entendu des parallèles avec la crise de 2008 où le marché s'est effondré. C'est faux. En 2008, les clients ne voulaient plus nous voir, ils ne pouvaient pas. Dès le déconfinement, le marché est reparti et il est de nouveau très dynamique.

"On a une très grosse dynamique commerciale depuis le déconfinement."

Comment vous êtes-vous adapté à la digitalisaiton ?

Cela dépend des métiers. Chez nous, il y en a trois. D'abord, les développeurs fonciers qui trouvent des terrains; ensuite nous avons des techniciens qui réalisent les opérations, le chiffrage. Enfin les commerciaux qui vendent les logements aux particuliers, ce sont eux qui sont les plus perméables à la numérisation. Nous n'imprimons plus aucun plaquette publicitaire papier depuis plusieurs années, tout est vidéo 3D ou numérisé. La signature juridique également est numérique depuis deux ans, mais les clients seniors sont encore un peu frileux avec ça. Et puis bien sûr la signature électronique des actes des notaires, c'est très pratique de ne plus se déplacer.

Allez-vous développer le télé-travail ?

C'est pareil, cela dépend des activités. Les juristes peuvent très bien prendre un ou deux jours par semaine à distance, ils apprécient de ne pas être dérangés. Mais on aura toujours besoin de retrouver ses collègues, je ne crois pas à un télé-travail à 100%. L'intérêt aussi, c'est de diminuer le coût de l'immobilier pour les entreprises puisque vous avez besoin de moins d'espace, on le constate via notre département "immobilier de bureaux".

Recrutez-vous en ce moment ?

Oui, on se projette sur un an et demi ou deux ans étant donnée l'inertie de nos opérations, le temps qu'on trouve un terrain, signe avec un propriétaire, monter un permis, etc. Donc oui, nous recrutons des développeurs fonciers. Je ne suis pas inquiet pour l'avenir en tous cas, grâce je le disais, aux échelles-temps assez longues dans notre métier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess