Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les Pyrénées-Orientales, terres d'avenir pour l'agrivoltaïsme

-
Par , France Bleu Roussillon

L'agrivoltaïsme concilie agriculture et production d'énergie grâce à des panneaux solaires installés dans les cultures. Un système ingénieux, efficace et rentable pour les exploitants, qui à déjà fait ses preuves dans les Pyrénées-Orientales, département de référence dans ce domaine.

Les vignes connectées de Nidolère à Tressere
Les vignes connectées de Nidolère à Tressere © Maxppp - Michel Clementz

Le nom est encore peu connu mais la pratique est en plein essor : l'agrivoltaïsme tenait son premier congrès mondial à Perpignan cette semaine (plus de 300 participants inscrits de 35 pays mais pour la plupart en visiocoférence pour cause de pandémie de Covid-19). Un choix qui ne doit rien au hasard puisque les Pyrénées-Orientales sont en pointe dans le développement concret de cette technologie.

Un concept vertueux 

Avec 300 jours de soleil par an et d'importantes surfaces agricoles, les Pyrénées-Orientales sont particulièrement bien adaptées au développement de l'agrivoltaïsme. 

Mais attention, il ne s'agit pas de construire des serres recouvertes de panneaux solaires, précise Christian Dupraz,Directeur de recherche à l'INRAE et spécialiste de l'agrivoltaïsme : "L'idée c'est de concilier agriculture et production d'énergie, mais sans que cela se fasse au détriment des cultures avec des serres trop ombragées au dessous desquelles rien ne pousse. On va surélever les panneaux solaires de manière à pouvoir laisser le passage aux engins agricoles et les répartir en fonction des besoins des plantes cultivées, pour leur fournir soit de l'ombre soit de la lumière, tout en produisant de l'énergie propre. Particulièrement bien adapté aux arbres fruitiers et aux culture maraichères, l'agrivoltaïsme permet également de réduire l'irrigation et la consommation d'eau."

Un système rentable pour les exploitants

Une méthode déjà expérimentée notamment à Tressere sur le site du Domaine viticole de Nidolères avec 4,5 hectares de panneaux solaires installés à plus de quatre mètres au-dessus des plants de vignes et produisant une énergie correspondant à la consommation de 650 foyers. 

Ces panneaux sont pilotés automatiquement en fonction de modèles agronomiques, permettant d’optimiser en temps réel la luminosité ou l'ombrage. La structure comprend également un système d’irrigation par goutte à goutte aérien et protège également la vigne des intempéries.

Une installation rentable à moyen terme pour les exploitants : s'il faut compter près d'un million d'euros d'investissement pour équiper un hectare de culture, le système générera ensuite l'équivalent de 100.000 à 150.000 euros de production d'électricité chaque année que l'agriculteur pourra revendre ou consommer sur son exploitation, ce qui permet d'amortir la dépense en huit ans, sachant que la durée de vie des panneaux solaires est d'environ 30 ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess