Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les restaurateurs des Pyrénées-Orientales implorent "de pouvoir rouvrir au moins le midi"

-
Par , France Bleu Roussillon

"Abasourdis" par l'annonce de leur fermeture jusqu'à la mi-janvier, les gérants de bar et de restaurant ont décidé de crier leur colère ce jeudi à l'occasion d'une grande manifestation régionale dans les rues de Marseille. Ils réclament notamment des aides plus conséquentes.

Manifestation de restaurateurs au printemps 2020 à Perpignan (Photo d'archive)
Manifestation de restaurateurs au printemps 2020 à Perpignan (Photo d'archive) © Radio France - François DAVID

"C'est un coup de massue supplémentaire..." : les restaurateurs espéraient rouvrir à l'occasion des fêtes de fin d'année. Ils ont été douchés en regardant mardi soir le président de la République à télévision. Lors de son allocution, Emmanuel Macron a annoncé que les restaurants ne rouvriraient pas avant le 20 janvier. Tout dépendra de la situation sanitaire autour de cette date. "Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5.000 cas par jour, (...) les restaurants pourront rouvrir", a précisé le chef de l'Etat.

"Nous comprenons qu'il y a une urgence sanitaire dans le pays. Mais à ce jour, aucun cluster n'a été identifié dans nos établissements. Nous ne comprenons donc pas pourquoi nous sommes autant stigmatisés", s'emporte Hervé Montoyo, le président de l'UMIH (Union des métiers de l'hôtellerie et de la restauration) dans les Pyrénées-Orientales.  Ce jeudi matin, il a pris la route en direction de Marseille avec plusieurs de ses confrères du département, pour participer à une grande manifestation régionale. 

Hervé Montoyo, invité de "la nouvelle éco" ce jeudi sur France Bleu Roussillon

Même s'il se fait désormais peu d'illusions sur une possible réouverture des établissements avant les fêtes, le syndicat espère encore obtenir des assouplissements et un renforcement des aides financières. "Qu'on nous laisse au moins la possibilité d'ouvrir le midi", implore Hervé Montoyo, "il en va de notre survie, mais aussi de l'attractivité des centres-villes ou des stations de ski". 

Pas de date pour les bars et discothèques

Le Président de la République n'a pas donné de date pour les bars, qui sont fermés depuis fin octobre. Pas de date non plus pour les discothèques fermées depuis le premier confinement. Pour compenser le manque à gagner, le Président de la République a promis aux entreprises qui restent fermées administrativement qu'elles pourraient obtenir une aide correspondant à 20% de leur chiffre d'affaires annuel de 2019, au lieu des 10.000 euros du fonds de solidarité déjà proposés.

Mais selon l'Umih, l'urgence absolue, en cette fin d'année, concerne les congés payés, accumulés par les salariés, et qu'il va falloir payer.  Et si le chômage partiel est remboursé par l'État, ce n'est pas le cas des congés. Une véritable "bombe à retardement", selon la profession.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess