Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : les Tarnais de Missegle assaillis de demandes de masques lavables pour enfants

-
Par , France Bleu Occitanie

L'atelier de tricotage tarnais Missegle avait opéré sa transition au printemps dernier pour répondre à la demande massive de masques barrières en tissu. Aujourd'hui, il est sollicité pour fournir des masques pour enfants, depuis qu'il est devenu obligatoire dès l'âge de 6 ans.

L'atelier Missegle basé à Burlats, dans le Tarn, a désormais un rythme de fabrication de croisière de masques de protection pour adultes et pour enfants.
L'atelier Missegle basé à Burlats, dans le Tarn, a désormais un rythme de fabrication de croisière de masques de protection pour adultes et pour enfants. - Missegle

Les machines de l’atelier de tricotage Missegle ne s'arrêtent pas. L’entreprise, spécialisée initialement dans les chaussettes et les pulls, s’est lancée dans la réalisation de masques barrières anti-projections dès le printemps dernier, à une période où nous souffrions de pénurie. Aujourd'hui, sa fondatrice Myriam Joly assure que les couturières ont trouvé leur rythme de croisière avec la fabrication de 100 masques chaque jour. "C'est bien loin du pic de 34.000 commandes que nous avions eues début avril !"

Deux gros pics, à la rentrée et après la Toussaint

Si elle refuse de parler de "produit phare" pour qualifier les masques enfants que l'atelier fabrique depuis l'été, la patronne de Missegle reconnaît avoir eu à cœur de répondre à une demande créée par nos nouvelles obligations, comme celle de porter un masque dès l'âge de 6 ans à l'école. "C'est plus propre par rapport à la planète et c'est plus agréable et plus confortable que des masques en papier."

"Il y a bon nombre de gens qui ont eu envie d'acheter français, d'une part et d'autre part, c'est sur le fait qu'on a des masques 50 fois lavables et en tissu."

Mais, aujourd'hui, l'entreprise tarnais assume sans difficulté ce nouveau produit. "100 masques, c'est quelque chose qui passe tout à fait facilement dans notre schéma de production", explique Myriam Joly. "On a eu deux gros pics, à la rentrée et il y a une quinzaine de jours ou trois semaines. 

Depuis, on a une vente régulière de masques enfants comme on a une vente régulière de masques enfants. Il y a bon nombre de gens qui ont eu envie d'acheter français, d'une part et d'autre part, c'est sur le fait qu'on a des masques 50 fois lavables et en tissu. Le porter du coton, c'est quand même plus agréable."

"100 masques, c'est quelque chose qui passe tout à fait facilement dans notre schéma de production", explique la fondatrice de Missegle.

Le masque enfant Missegle coûte 5 euros dont 1 euro est reversé pour la lutte contre le Covid-19. À ce jour, Missegle a récolté 220.000 euros. "Ça nous paraissait important que ces masques soient aussi des masques solidaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess