Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : les thermes d'Uriage-les-Bains espèrent rouvrir le 15 mars

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui, diagnostic sur la situation des thermes d'Uriage fermés par le gouvernement pour cause de Covid depuis le 29 octobre avec le directeur de l'établissement Charles Beaujean.

La nouvelle éco : les thermes d'Uriage espèrent rouvrir le 15 mars (photo d'illustration)
La nouvelle éco : les thermes d'Uriage espèrent rouvrir le 15 mars (photo d'illustration) © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Uriage et Allevard sont les deux sites thermaux de l'Isère, fermés comme tous les établissements de France à cause de la crise sanitaire depuis le 29 octobre. Quelles sont leurs perspectives de réouverture, comment se portent-ils. France Bleu Isère a posé ces questions à Charles Beaujean, le directeur des thermes d'Uriage. 

Comme tous les établissements en France, les thermes d'Uriage sont fermés, est-ce que vos salariés sont en chômage partiel ?

Oui tout à fait, l'ensemble de l'équipe est en chômage partiel. À part effectivement un peu d'administratif et le service technique qui est en place pour entretenir et aménager les thermes pour une réouverture. L'infrastructure doit continuer à être entretenue. Depuis la fermeture et jusqu'à l'ouverture, on a toujours un nombre de travaux de désinfection et de réaménagement. Et puis surtout,  on reste en alerte pour pouvoir les ouvrir à tout moment. 

Vous n'avez pour l'instant aucune date ?

On essaie d'avoir quelques informations,  mais on n'a pour l'instant aucune donnée. On espère ré-ouvrir le 15 mars, comme chaque année.

Est-ce que cette fermeture entraîne de grosses pertes financières pour vous, et est-ce que vous êtes aidé par l'État ? 

Oui, des grosses pertes financières on est à 50 % de pertes. Pour ce début d'année, comme on ouvre toujours historiquement le 15 mars, pour l'instant les pertes ne se font pas sentir. Et puis au niveau des aides de l'État, oui il y a un gros effort de fait pour les collaborateurs en chômage partie. Mais ça ne comblera jamais les pertes d'exploitation. 

On rappelle vos spécialités : la dermatologie, la rhumatologie, les cures ORL et voies respiratoires. Quelles sont les conséquences de cette fermeture pour les patients ? 

Certains patients n'ont pas réussi à faire leur cure l'année dernière et il y a une demande très  forte. On a beaucoup d'appels et de mails. Le problème, c'est qu'il y a de sérieuses pathologies qui n'ont pas été traitées et les gens prennent du retard dans leurs soins. Alors effectivement, l'attente est très importante. 

Donc pour l'instant vous comptez ouvrir le 15 mars ?

Tout à fait. Nous avons ouvert nos plannings de réservations et nous commençons enregistrer des demandes,  avec un taux de réservation d'un peu plus de 50 % pour la réouverture.

Est-ce que les thermes vont se relever de cette période de fermeture, est-ce qu'elle met en péril votre établissement ?

Disons que c'est très compliqué. Mais on fera tout le nécessaire pour rester présents et répondre aux attentes de nos curistes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess