Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Eco ; A Limoges AirMems touche 2 millions d'euros du plan de relance pour des composants innovants

-
Par , France Bleu Limousin

Grâce au plan de relance, la start up Limougeaude AirMems va accèlèrer son développement. Elle bénéficie d'une subvention de deux millions d'euros pour lancer la fabrication de micro-commutateurs de nouvelle génération, destinés notamment aux satellites et au domaine de la Défense.

En plein développement, la start up AirMems est née au sein de l'incubateur d'entreprise Ester Technopole, à Limoges. (illustration)
En plein développement, la start up AirMems est née au sein de l'incubateur d'entreprise Ester Technopole, à Limoges. (illustration) © Maxppp - Frédérique Avril

Une start up de Limoges est-elle sur le point de devenir un des leader européen en matière de circuits radiofréquences de hautes performances ? C'est en tout cas l'ambition d'AirMems, qui développe des composants et circuits électroniques que l'on peut trouver dans des satellites ou encore dans le domaine de la défense. L'entreprise a mis au point une nouvelle génération de micro-communateurs, pour laquelle elle vient de décrocher une subvention de deux millions d'euros dans le cadre du plan de relance.

Le soutien du plan de relance rassure les investisseurs

"Ces nouveaux composants consomment moins d'énergie et ils permettent également de réduire les coûts par rapport aux technologies actuelles" assure Romain Stefanini, le PDG d'AirMems. Pour un satellite par exemple, il estime que les coûts être trois à cinq fois moins élevés, puisqu'ils permettent aussi de réduire la taille des satellites, grâce à des composants "jusqu'à mille fois plus petits."

L'innovation remonte à 2019, des brevets ont été déposés, mais pour passer à la fabrication industrielle de ces composants, la start up avait prévu une levée de fonds en 2020. Projet en partie contrecarré par la crise sanitaire, car "les investisseurs sont devenus frileux" explique Romain Stefanini. Le plan de relance est donc tombé à pic, car il fait office de garantie aux yeux des investisseurs et a donc permis de les rassurer.

Une technologie prometteuse, dans l'espace et au-delà...

L'objectif est de construire une usine et de développer l'entreprise qui compte actuellement sept salariés. "A court terme on va passer à 25 ou 30 salariés et en 2030 on vise 100 salariés, avec un élargissement vers des marchés plus grand public." Au-delà des marchés stratégiques que son le spatial, la défense et l'instrumentation, AirMems  pourrait aussi intégrer ses technologies dans l'automobile ou les téléphones portables, précise le PDG. Avec à la clé, plus de clients et une hausse du chiffre d'affaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess