Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : "Ma trésorerie fond comme neige au soleil", affirme un patron de pub à Saint-André-de-Cubzac

-
Par , France Bleu Gironde

Alors que Jean Castex doit présenter ce jeudi les détails des mesures annoncées par Emmanuel Macron pour la suite du confinement, les patrons de bars ne savent toujours pas quand ils pourront rouvrir. "Ce n'est jamais clair les annonces, jamais", s'agace le gérant d'un pub à Saint-André-de-Cubzac.

Le gérant du Galway Pub, à Saint-André-de-Cubzac, veut pouvoir rouvrir pour reconstituer sa trésorerie.
Le gérant du Galway Pub, à Saint-André-de-Cubzac, veut pouvoir rouvrir pour reconstituer sa trésorerie. - Galway Pub

Le Premier ministre Jean Castex doit préciser ce jeudi 26 novembre les mesures annoncées mardi soir par Emmanuel Macron sur la suite du reconfinement. Alors que les boutiques peuvent reprendre leur activité dès samedi et que les restaurants doivent attendre au moins jusqu'au 20 janvier, les gérants de bars, eux, ne savent pas quand ils pourront rouvrir. 

"Quand on est dans un métier où on a du contact, se retrouver à parler avec son chat c'est pesant. J'aimerais juste pouvoir ouvrir et essayer de travailler normalement. Pas de date de réouverture ça signifie qu'on ne sait pas quand est-ce qu'on va pouvoir reconstituer de la trésorerie", explique Stéphane Clavel, gérant du Galway Pub à Saint-André-de-Cubzac. L'hiver est par ailleurs le moment de l'année où le pub irlandais reçoit le plus de clients, précise le commerçant.

De nouvelles aides annoncées

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a en revanche annoncé le renforcement du fonds de solidarité, créé dès le début de la crise pour les plus petites structures. Désormais, toutes les entreprises encore fermées pourront en bénéficier. A partir du 1er décembre, elles auront le choix entre une aide de 10.000 euros ou une indemnisation qui grimpera jusqu'à 20% du chiffre d'affaires du même mois l'année dernière. 

Mais cette dernière annonce ne change pas grand chose pour le gérant : "Dans mon cas, si on se réfère à décembre 2019, j'ai fait un chiffre d'affaires hors taxes de 28.000 euros donc 20% ça fait 5.600 euros. Ces 20% au départ ça fait rêver, sauf que non, pour moi ce n'est clairement pas intéressant". 

Il faut quand même payer la marchandise. Vous la payez avec quoi si vous êtes juste en trésorerie ? 

Stéphane Clavel va donc demander l'aide de 10.000 euros. Comme il n'a plus de crédit et que ses frais fixes s'élèvent à 5.000 euros, cela paraît largement suffisant : "Je peux estimer que c'est suffisant. Je vais pouvoir revivre un petit peu mais il ne faut pas oublier qu'on a été fermé tout novembre, il a fallu payer le loyer, les coûts fixes et il faut quand même payer la marchandise et vous la payez avec quoi si vous êtes juste en trésorerie ? Car il ne faut pas oublier qu'il y a déjà eu trois mois qui ont mis à mal les trésoreries... La mienne fond comme neige au soleil, doucement mais sûrement."

Le patron du pub préfère donc attendre de voir les aides pour y croire. Il reproche également aux assurances de ne pas l'avoir soutenu pour sa perte d'exploitation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess