Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : ce Terrifortain lance son food-truck face à l'arrêt de l'événementiel

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Basculer de la restauration classique et traiteur à un food-truck : pour Eric Fleury, le choix s'est imposé en raison de la crise sanitaire. Ce professionnel de l'événementiel a choisi de réinventer son activité suite au confinement, pour continuer à travailler malgré l'épidémie.

Le deuxième confinement a poussé Eric Fleury à lancer son food-truck, face aux restrictions dans son secteur de l'événementiel
Le deuxième confinement a poussé Eric Fleury à lancer son food-truck, face aux restrictions dans son secteur de l'événementiel © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

La crise sanitaire l'a poussé à repenser son activité, sans abandonner son coeur de métier : Eric Fleury, professionnel de l'événementiel, vient de lancer son food-truck Neon's Burger à Botans. Installé sur le parking du magasin Cuisinella les lundis, mardis, jeudis et vendredis, sur la route de Montbéliard, il mise sur son accessibilité avec des burgers à emporter, alors que restaurants et bars sont fermés. Une façon pour le terrifortain de continuer à travailler malgré les conséquences de l'épidémie

Ce projet de food-truck était déjà là, ou est-ce la crise sanitaire qui a tout accéléré ?

"J'avais ce projet depuis longtemps, mais je n'avais pas imaginé le faire si rapidement. J'avais envie de continuer mon activité de restaurateur/traiteur, c'est la liberté de pouvoir travailler malgré toutes ces contraintes liées à la pandémie. Au deuxième confinement, je me suis dit qu'il fallait réagir vite. En quelques jours, j'ai tout chamboulé, ça a été très rapide. La recherche du camion, l'idée de faire les burgers, l'emplacement à trouver... Ça a mis une semaine."

Financièrement, comment ça s'organise ?

"Ce n'est pas évident, mais comme toute reconversion ! Chaque fois qu'on lance une entreprise ou un nouveau projet, ça coûte de l'argent mais c'est ce qui permet de reprendre une activité. J'espère que ça portera ses fruits avec le temps. Je n'ai pas eu d'aides, ce sont mes économies. Je me suis dit que c'était le moment où jamais de placer son argent pour continuer à travailler. Le but final, et ce qui explique la rapidité, c'est de pouvoir continuer à travailler."

C'est un changement de vie professionnelle même si vous restez dans le même secteur ? 

"Tout à fait. Ca permet de garder une certaine liberté dans le travail. L'organisation et la vie à côté sont beaucoup plus simples, car on travaille sur un créneau horaire très rapide, donc j'ai plus de temps à consacrer à ma famille. Travailler en food-truck, on peut croire que c'est ultra contraignant mais ça ne l'est pas du tout par rapport à la restauration classique. J'aurais pu changer totalement de branche, mais je voulais continuer dans celle-ci, sans compter que se reconvertir en ce moment est compliqué, à moins d'être à son compte. C'est une prise de risque quoi qu'on fasse, mais ça s'est fait naturellement." 

"Ma solution"

"Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess