Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : Paris15.shop, la vitrine virtuelle des commerçants du 15ème arrondissement veut s'étendre

-
Par , France Bleu Paris

Regrouper les commerçants d'un même arrondissement ou d'une même ville sur une seule plateforme en ligne : le concept a pris son essor avec la crise sanitaire et les confinements. À Paris, Paris15.shop veut s'étendre au-delà du 15ème arrondissement, avec le lancement d'une appli mobile.

La plateforme Paris15.shop veut s'étendre dans plusieurs communes
La plateforme Paris15.shop veut s'étendre dans plusieurs communes - Paris15.shop

Donner de la visibilité aux commerces fermés ou limités par les mesures sanitaires comme le couvre-feu, et faciliter le click and collect : c'est le concept des "market place" et autres plateformes en ligne qui se sont multipliées depuis le début de la crise sanitaire il y a un an. 

Dans le 15ème arrondissement de Paris, la plateforme Paris15.shop accueille depuis début janvier les commerçants, restaurateurs et artisans locaux. "On en a déjà une cinquantaine, et nous prévoyons d'en avoir entre 200 et 300 d'ici la fin de la période pilote du projet, prévue pour avril-mai", précise Yves Romestan, président d'Yrsa Communications et co-fondateur de la plateforme. 

Il veut mettre en avant ce "canal" supplémentaire pour atteindre les clients, alors que certains pâtissent encore des restrictions sanitaires. La plateforme ne fait pas payer d'abonnement ou de droit d'entrée sur la plateforme pour les commerçants intéressés : une commission de 4% sur les ventes est prélevée les premiers mois, puis 8%, "pour financer les campagnes de pub", indique le co-fondateur. Pour l'heure, sur la quinzaine de personnes qui planchent sur le projet, une partie est bénévole. 

Développement au-delà de Paris

Au printemps, la plateforme va être "lancée à grande échelle" à grands renfort de campagnes de publicité en région francilienne. Le concept sera cloné à partir de septembre prochain pour être "déployé dans tout Paris, des villes de banlieue, quelques unes en province, et même pourquoi pas en principauté de Monaco", indique Yves Romestan. Une application mobile doit être lancée "dans les toutes prochaines semaines." 

"On va aussi mettre sur pied un système de livraison responsable qui sera payée par le client et non par le consommateur, de l'ordre de 4 ou 5 euros", précise le co-fondateur de la plateforme. "On fait un effort énorme pour assurer le succès de la plateforme, elle est pour l'heure légèrement déficitaire car on l'a lancée il y a peu de temps, reconnait Yves Romestan. Nous espérons surtout que ça créera des émules : quand on a vu les commerces et restaurants si gravement touchés pendant le deuxième confinement, on s'est dit qu'on ne pouvait pas rester les bras croisés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess