Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : quand les horticulteurs Alsaciens se mettent au "drive" pour vendre leurs fleurs

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu

Ils sont indispensables en Alsace : les horticulteurs. Ils participent à fleurir nos maisons et nos villages... Et ils ont eu quelques difficultés économiques, forcément, pendant le confinement. Mais ils ont réussi à s'en sortir, en s'adaptant.

Au début du confinement, les horticulteurs ont dû jeter leur production
Au début du confinement, les horticulteurs ont dû jeter leur production © Maxppp - Josselin CLAIR

Christian Romain est horticulteur à Barr et président de la filière de développement de l'horticulture en Alsace. Il ne cache pas que le confinement a été un peu compliqué. "Toutes nos productions, primevères, pensées, tout ce qui concernait le printemps, on a dû les jeter."

Les gens ne se bougeaient plus. On s'est dit qu'il n'y avait pas de raison qu'on ne puisse pas continuer à produire nos plantes - Christian Romain

Les horticulteurs se sont adaptés

Pour continuer à vendre leurs productions, les horticulteurs Alsaciens se sont mis au drive. "C'était quelque chose de nouveau pour nous, donc ce n'était pas évident à mettre en place. Mais chacun s'y est mis et les gens ont compris et pas seulement les jeunes", explique Christian Romain.

Ils ont dû trouver les moyens adaptés à leur production. "Comme c'est du végétal, on ne peut pas mettre ça dans des cartons et le stocker, parce que c'est vivant, détaille président de la filière de développement de l'horticulture en Alsace. On prévoit d'avoir des cageots pour tout poser dessus, on a aussi des chariots, on faisait un chariot ou un étage du chariot par personne. Ça a limité la casse."

Vendre les fleurs en drive, c'est presque terminé

Et après le confinement ? Terminé. Ce qui est assez étonnant, c'est que dès que le confinement s'est arrêté, le drive s'est arrêté très vite, reconnait Christian Romain. Mais on le garde quand même et si il y a besoin on saura plus facilement le mettre en place."

Celui qui est lui-même horticulteur à Barr, dans le Bas-Rhin a sa petite explication pour expliquer ce rapide retour à la normale : "En général, les gens qui viennent chez nous aiment bien aussi rencontrer quelqu'un, discuter, demander des conseils et passer un peu de temps dans nos entreprises." Et pour ça, il ne regrette pas non plus le retour à la normale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess