Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : "Sans les salons, c'est compliqué" selon le créateur de la revue de BD marnaise Egoscopic

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Avec l'annulation liée à la crise sanitaire des salons et des festivals consacrés à la Bande Dessinée comme Angoulême, la revue de BD marnaise Egoscopic doit trouver des alternatives pour vendre ses numéros. Entretien avec Jérôme Gorgeot, l'un des créateurs du biannuel.

Jérôme Gorgeot, créateur et rédacteur en chef de la revue Egoscopic
Jérôme Gorgeot, créateur et rédacteur en chef de la revue Egoscopic © Radio France - Clément Conte

Alors que certains auteurs de bande dessinée appellent à boycotter le Festival (reporté) d'Angoulême, prévu en public au mois de juin, le créateur de la revue de BD marnaise Egoscopic Jérôme Gorgeot alerte sur les difficultés effectivement rencontrées par les scénaristes et les dessinateurs en ces temps de crise sanitaire. 

La revue accueille une trentaine d'auteurs dans ses pages à chaque numéro. Mais difficile de boucler la prochaine édition prévue dans quelques mois : "Je sens qu'ils sont débordés, explique Jérôme Gorgeot, également rédacteur en chef. Les planches arrivent plus tardivement, la deadline de parution ne devrait pas être respectée. Les auteurs sont paumés, ce n'est pas avec Egoscopic qu'ils vont faire bouillir la marmite."

90% des ventes d'Egoscopic dans les salons

Il faut dire que depuis 2012 et la création de cette revue de BD autobiographique dans la Marne, personne n'est payé à Egoscopic. Les auteurs sont bénévoles, c'est l'essence même du projet. Plus de 200 dessinateurs y ont déjà adhéré. 

Mais depuis le début de la crise sanitaire, beaucoup de choses ont changé, à commencer par l'annulation des salons ou des festivals consacrés à la BD, comme à de Vitry-le-François ou Angoulême : "Ça fait un an que je ne suis pas allé à ce genre d'évènement, dévoile Jérôme Gorgeot. Pourtant, 90% de nos ventes se font sur les salons (le reste sur internet ndlr.). C'est un endroit où j'alpague les gens, je vends Egoscopic comme si j'étais au marché."

Un seul numéro de la revue en 2021 

Pour vendre les 300 à 400 exemplaires tirés pour chaque numéro, il faut donc trouver d'autres solutions : "Je fais le clown sur les réseaux sociaux, je fais ce qu'il faut pour attirer l'attention mais c'est compliqué." Une perte de revenus qui oblige Jérôme Gorgeot et les auteurs volontaires à ne sortir qu'un seul Egoscopic en 2020, au lieu de deux. C'est une première.

Heureusement la réputation d'Egoscopic dans le milieu de la Bande Dessinée n'est plus à faire. Sa nomination au prix de la BD alternative à Angoulême en 2021 le prouve. Les ventes du dernier numéro, paru en juin 2020 permettent donc à Jérôme Gorgeot de financer la prochaine édition, même "s'il n'y aura qu'un seul numéro encore cette année."

Boycotter le Festival d'Angoulême me semble être une bêtise - Jérôme Gorgeot

Concernant le boycott annoncé des auteurs à Angoulême cette année, ce n'est pas forcément la solution pour Jérôme Gorgeot : "Ça me semble être une bêtise parce que c'est une vitrine et on se trompe de cible. Même si le statut de dessinateur est épouvantable."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess