Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : sans remontées mécaniques, les vins de Savoie ont du mal à remonter la pente

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La fermeture des remontées mécaniques a des conséquences jusque dans les caves de Savoie. Le vin qui y est produit a du mal à se vendre hors des restaurants et bars des stations, qui représentent près de la moitié des clients. Les exploitants doivent se montrer inventifs.

La fermeture des remontées mécaniques a fait fermer près de la moitié des clients des vignobles de Savoie
La fermeture des remontées mécaniques a fait fermer près de la moitié des clients des vignobles de Savoie © Maxppp - Vincent Isore

Les vins de Savoie ont du mal à remonter la pente. Avec la fermetures des remontées mécaniques, mais aussi des bars et des restaurants en station, c'est presque moitié moins de clients pour les exploitants. Mais les producteurs ont de la ressource et font ce qu'ils peuvent pour rattraper les pertes. Michel Quenard, exploitant et ancien président du syndicat régional des vins de Savoie, est l'invité de "La nouvelle éco" sur France Bleu Pays de Savoie.

Moitié moins de clients, ça veut dire moitié moins de chiffre d'affaires ? Vous arrivez à limiter les pertes ?

Michel Quenard - Bien sûr, nous avons essayé de nous réinventer, pour s'adapter à la situation. Nous avons développé la vente en ligne, à laquelle nous n'étions pas habitués. Nous avons aussi mis en place de nouveaux produits. Tout n'est pas noir parce que les Savoyards aussi sont au rendez-vous et c'est une grande satisfaction. Nous voyons nos caveaux fréquentés par la clientèle savoyarde locale qui achète plus que d'habitude. Parce que bien sûr, elle ne peut pas consommer dans les restaurants. Et puis nous avons activé le réseau des cavistes qui, eux, fonctionnent très bien, même hors-région. Parce qu'il y a une demande des vins de Savoie, en même temps que les fromages de Savoie et cette association-là dynamise un petit peu nos ventes. 

Vous bénéficiez d'aides pour compenser vos pertes ?

Non, elles sont minimes et c'est là où le bas blesse. Tout ce que l'on met en œuvre ne compensera pas les pertes liées à cette fermeture. Et cette situation n'a pas été appréhendée par les décideurs au niveau national. La viticulture de Savoie doit être intégrée au "plan montagne" pour le tourisme. Avec bien sûr, une exonération de nos charges sociales, salariales et patronales, si l'on veut passer le cap.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess