Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : Tesalys, l’entreprise toulousaine qui facilite le traitement des déchets médicaux

-
Par , France Bleu Occitanie

Tesalys emploie à Saint-Jean, près de Toulouse, une trentaine de personnes. Elle propose des systèmes qui broient et traitent les déchets médicaux sur place, dans les hôpitaux, les maisons de retraite etc… Elle répond à un besoin très actuel des entreprises du secteur sanitaire et social.

Tesalys vend partout dans le monde un système qui traite facilement les déchets médicaux.
Tesalys vend partout dans le monde un système qui traite facilement les déchets médicaux. - @Tesalys

Tesalys est dirigée et a été fondée par Miquel Lozano. Elle emploie une trentaine de personnes et vend un système qui a été mis au point par la société toulousaine. Il s’agit d’une machine qui ressemble à un gros photocopieur. On y introduit les déchets médicaux : masques, seringues, gants, vêtements, bâtonnets pour les tests PCR. 

Les déchets y sont broyés puis stérilisés à la vapeur à 135 degrés. Ces déchets peuvent ensuite être mis avec les ordures ménagères normales. 

Miquel Lozano dirige Tesalys près de Toulouse.

Miquel Lozano insiste sur l'intérêt écologique : "Notre machine permet de traiter les déchets là où ils sont produits. A l'intérieur des hôpitaux, dans les maisons de retraites ou dans les laboratoires. En France, les déchets à risques infectieux sont traités à plus de 80% dans des usines d'incinération dédiés. Et par exemple, pendant la première vague de l'épidémie de Covid, une grande quantité de déchets étaient produits dans l'Est de la France et transportés vers la région parisienne pour être brûlés." 

95 % du chiffre d'affaire est réalisé à l'étranger

Et pour autant la demande pour l'entreprise n'a pas explosé. " On a simplement maintenu l'activité. On a eu un double effet. Une demande accrue pour répondre au Covid. Mais aussi un ralentissement d'autres projets déjà initiés qui ne se sont pas concrétisés. Beaucoup de fonds sont finalement allés vers des équipements de soin direct aux patients. Les masques, les gants, les désinfectants, les respirateurs... etc. " 

Tésalys est en tout cas une entreprise qui travaille presque exclusivement hors de l'Hexagone. Même si Miquel Lozano estime que le marché français va se développer. "Plus de 95 % de notre chiffre d'affaire est réalisé à l'étranger. Moyen-Orient, Asie, Amérique-Latine en Afrique. Mais nous voyons une sensibilité accrue de la France pour ce type de système notamment dans le cadre de la transition écologique." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess