Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : Thomas Pesquet repart dans l'espace avec du plastique biodégradable créé en Bretagne

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Thomas Pesquet repart bientôt dans l'espace avec des échantillons de mousse biodégradable créés par ComposiTIC, une entreprise lorientaise. ComposiTIC travaille aussi sur des plastiques qui pourraient, dans le futur, être alimentés par les déchets de l'agroalimentaire.

La matière de la mission Alpha.
La matière de la mission Alpha. - ComposiTIC

Thomas Pesquet repart dans l'espace le 22 avril prochain. Il embarquera avec lui de nouveaux échantillons de mousse créés par ComposiTIC, une entreprise associée à l'Université de Bretagne Sud à Lorient dans le Morbihan. Avec le groupe finistérien Hénaff et le CNRS, ils ont travaillé sur des plastiques créés par des bactéries. Ce plastique a l'avantage d'être biodégradable. Thomas Pesquet va les embarquer dans la station spatiale internationale, l'ISS.  

Ces mousses sont biodégradables

"En état de stress, les humains produisent du sucre. Eh bien de la même manière, certaines bactéries produisent du plastique. Nous, on a travaillé sur une mousse adaptée à l'espace, compostable et capable ensuite de soutenir la croissance des plantes", explique Yves-Marie Corre, chercheur à ComposiTIC. 

Un projet pour produire du plastique à base des déchets de l'agroalimentaire

"On a aussi un important projet, nommé Nénuphar. On espère produire des plastiques issus de bactéries nourries avec les déchets de l'agroalimentaire", poursuit Yves-Marie Corre. "Ce serait un cercle vertueux, tout à fait intéressant." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess